12 945 personnes connectées

Ils ressemblent aux mangas… pourtant les Manhwas sont des oeuvres à part qui viennent de Corée

Le manga a beau être la bande dessinée venue d’Asie la plus célèbre et la plus vendue au monde, d’autres pays asiatiques que le Japon possèdent leur propre genre de bandes dessinées. C’est le cas de la Corée du Sud voisine, en pleine ascension mais encore méconnue. Le pays du Matin Calme peut en effet s’enorgueillir d’une culture dynamique dont l’une des parts les plus emblématiques est constituée des Manwhas, les bandes dessinées coréennes. SooGeek vous explique tout sur le sujet.

 

On a toujours largement tendance à voir la bande dessinée comme structurée autour de trois grands pôles à travers le monde : ce que nous appelons nous-mêmes la bande dessinée en France et en Belgique, le comics pour les États-Unis, et le manga au Japon. Seulement, les mots « manga » et « comics » désignent tous deux la bande dessinée dans leurs pays respectifs, et la bande dessinée se décline dans de nombreux pays, à commencer par la Corée du Sud, où elle porte le nom de Manhwa. À première vue, le Manhwa ressemble à la bande dessinée japonaise, le manga, avec des personnages dotés de grands yeux. C’est en partie dû au fait que ces deux cultures graphiques ont les mêmes racines, à savoir l’art pictural classique d’Extrême-Orient.

 

Le Manhwa s’inspire des traditions picturales asiatiques… : 

SSiTpIy

 

Mais la ressemblance s’arrête là, car deux différences fondamentales, l’une formelle et l’autre thématique, les différencient. Tout d’abord, les Manhwas se lisent de gauche à droite, tout comme les bandes dessinées faites en Occident, alors que les mangas se lisent de droite à gauche. Ensuite, là où les mangas se focalisent plutôt sur des histoires fantaisistes et ont généralement une tonalité déconnectée de la réalité, les Manhwas ont une tonalité plus réaliste, en accord avec l’histoire récente de la Corée. En effet, la Corée a été colonisée par le Japon de 1910 à 1945, a subi la guerre de Corée de 1950 à 1953 et enfin, pour ce qui est de la partie sud bien sûr, a subi plusieurs dictatures avant de devenir une démocratie en 1993 (la partie nord de la Corée étant restée un régime communiste).

 

… et de l’histoire récente ou ancienne de la Corée :

crazy-girl-shin-bia

 

Les Manhwas eux, existent depuis la fin du XIXe siècle dans les journaux de la péninsule coréenne, et s’ils prospèrent raisonnablement durant les premières décennies du XIXe siècle, c’est sous le joug de la censure, d’abord japonaise, puis celle du régime dictatorial. Il faut attendre les années 1980 pour voir le Manhwa véritablement décoller en Corée du Sud. C’est alors que le marché de la bande dessinée sud-coréenne se structure vraiment, notamment autour des Manhwabangs, des établissements dans lesquels on peut louer des Manhwas à l’heure, les séries bénéficiant alors enfin d’éditions en tomes à la manière des mangas au lieu d’être seulement publiées sous forme de feuilletons dans des magazines. D’ailleurs la forte implantation d’Internet en Corée du Sud dans les années 2000 a encore boosté les Manhwas : nombre d’entre eux sont adaptés à une lecture en ligne ou directement sur mobile.

 

Un Manhwabang typique : 

manhwabang

 

Les Manhwas font d’ailleurs véritablement partie intégrante du paysage culturel sud-coréen : plus d’un quart des publications de livres sont des Manhwas, une journée annuelle de la bande dessinée a été instaurée en Corée du Sud et de nombreuses universités ont un département dédié aux Manhwas, preuve de sa légitimité culturelle au pays du Matin Calme. D’ailleurs de nombreux manhwagas, des auteurs de Manhwas, sont reconnus comme des auteurs à part entière. Tous les types d’histoires sont représentés en Manhwa, et les genres dominants sont le Sunjeong Manhwa, dont la cible éditoriale est un lectorat adolescent féminin, et le Sonyung Manhwa, son pendant destiné à un lectorat masculin. Dans tous les cas, les histoires des Manhwas, bien qu’elles soient mises en image avec un style rappelant les mangas, sont plus ancrées dans la réalité et dans l’histoire de leur pays que leur équivalent japonais.

 

Les Manhwas sont vraiment aussi attrayants que les mangas ! Il est vrai que, hormis les connaisseurs, peu de personnes savent que la Corée du Sud possède ses bandes dessinées et sa propre pop culture florissante. On espère que le genre continuera de se faire connaître petit à petit dans le reste du monde et en France. Avez-vous envie de découvrir la bande dessinée coréenne ou préférez-vous rester sur des valeurs sûres avec les mangas ?