12 075 personnes connectées

Pour la première fois, une usine commercialise le CO2 extrait de l’air et l’utilise comme engrais

Malgré le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris pour le climat, de nombreuses initiatives pour préserver la planète continuent à émerger dans le monde. C’est le cas de Climeworks qui vient d’ouvrir une installation de captage direct de l’air en Suisse. Elle récupère le carbone présent dans l’air pour en faire une matière première qu’il est possible de réutiliser dans divers domaine.

Extraire et conserver le CO2 de l’air

En 2008, deux étudiants de l’Institut polytechnique fédérale (ETH) de Zurich, Christoph Gebald et Jan Wurzabcher, ont l’idée d’extraire le CO2 de l’air afin de le réutiliser. Ce projet est né après leur visite de la serre de l’entreprise agricole Gebrüder Meier Primanatura AG a Hinwil en Suisse. La firme agricole avait pour habitude de commander des réservoirs de CO2, ceux-ci délivrés par camions qui parcouraient alors de longues distances. Un procédé qui avait donc une forte empreinte carbone. Pour les deux étudiants il y a assez de CO2 présent dans l’air. Ils montent donc un concept pour l’extraire et le revendre comme matière première à Gebrüder Meier. Ils ont développé leur premier business plan lors d’un challenge d’entreprise qui avait lieu dans leur université.

Aujourd’hui, leur entreprise Climeworks ouvre la première installation de captage direct de l’air. C’est tout naturellement que les deux partenaires ont décidé de l’établir à 400 mètres de la serre de Gebrüder Meier. Sur le toit d’une usine d’élimination de déchets dirigée par la société municipale Kezo, 18 collecteurs capturent 2460 kilogrammes de CO2 par jour (dépendant de la composition de l’air et des conditions météorologiques). Au début de leur entreprise, le procédé captait quelques millilitres par jour dans les labos. Désormais, ils ont réussi à atteindre une échelle industriel de 900 tonnes par an.

L’installation de Climeworks se trouve à Hinwil sur le toit de l’usine d’élimination des déchets de Kezo

Le CO2 comme matière première

L’air ambiant est aspiré par les ventilateurs disposés à l’extérieur de l’installation. Derrière chaque unité de collecte, l’air subit un processus d’absorption et désorption avant d’être recraché. L’air émis par Climeworks est alors réduit de sa quantité de CO2 qui est stocké dans l’usine par des filtres. La chaleur utilisée dans le processus de désorption provient de la chaleur émise par les déchets de l’usine d’élimination. Les filtres sont chauffés jusqu’à 1000 degrés Celsius. L’installation est donc « particulièrement adaptée aux énergies renouvelables » affirme Gebald. Le dioxyde de carbone pur extrait est ensuite isolé et transféré par gazoduc à la serre de Gebrüder Meier. Les cultures de tomates et de concombre ont « augmenté significativement » selon Climeworks depuis la mise en place du processus.

L’entreprise revend donc le CO2 qu’il extrait comme matière première. Le CO2 devient pour la première fois un produit commercialisable. De nos jours, on sait qu’il est possible de capturer l’air et de réduire ses émissions de CO2, de nombreux projets visent d’ailleurs à réduire les particules de carbone dans l’air, mais il n’avait jamais encore été commercialisé. L’installation d’Hinwil va opérer en tant que démonstration pendant 3 ans. Elle est réalisée en coopération avec Gebrüder Meier et Kezo, et l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) contribue à cette installation.

A terme, Climeworks souhaite utiliser le carbone comme une matière première pour de nombreux autres produits, comme l’engrais mais aussi pour les boissons gazeuses ou du carburant neutre en carbone. Avec cette installation il serait donc désormais possible de diminuer ses dépendances en énergie fossile et diminuer les émissions de carbones. Selon Climeworks, son usine « est une étape historique pour la technologie des émissions négatives ». Cette technologie est ciblée par l’accord climatique de Paris comme étant essentielle dans la volonté de limiter une élévation de la température mondiale de deux degrés Celsius.

Le dioxyde de carbone extrait de l’air est ensuite transféré à la serre par gazoduc

Guardar

Guardar

Guardar