12 267 personnes connectées

Le premier organe imprimé en 3D voit le jour, un pas décisif pour l’avenir de la transplantation

le-premier-organe-imprime-en-3d-voit-le-jour-un-pas-decisif-pour-lavenir-de-la-transplantation-1

Depuis quelques années, l’impression 3D est au centre de toutes les attentions et permet de réaliser de nombreux objets en tous genres. Cette fois, elle se met au service de votre santé en rendant possible l’impression d’organes prêts à être transplantés. DGS vous en dit plus sur le premier foie humain imprimé en 3D .

Chaque jour, environ 18 personnes décèdent faute d’avoir reçu une greffe d’organe à temps. Un chiffre qui pourrait bientôt chuter considérablement grâce à l’impression 3D. Ainsi, les progrès en terme d’impression de tissus humains ont évolué assez vite pour que la firme de bio-impression Organovo, basée à San Francisco, puisse dévoiler le premier organe imprimé du monde, un foie humain courant 2014.

« Nous avons atteint des épaisseurs de plus de 500 microns, et avons maintenu les tissus du foie dans un état entièrement fonctionnel avec le comportement phénotypique natif pour au moins 40 jours », a déclaré Mike Renard, vice-président exécutif des opérations commerciales Organovo « . Les chercheurs de la firme californienne ont donc été à même de réunir les fibroblastes et les cellules endothéliales, chargés du développement de minuscules réseaux vasculaires, permettant ainsi de réaliser des tissus épais avec une bonne viabilité cellulaire.

L’impression 3D va encore plus loin avec cet organe en 3D qui sera implanté dans le corps d’un patient en 20142

Cependant, le foie imprimé en 3D qu’Organovo prévoit de dévoiler cette année ne sera utilisé qu’en laboratoire à des fins concernant les études médicales et la recherche sur les médicaments. Le but : développer en 12 ans un nouveau coût des médicaments avoisinant les 1,2 milliard de dollars. Il n’en demeure pas moins que la création d’un foie viable est un tournant pour l’industrie de la bio-impression et de la médecine, car cela prouve que le tissu imprimé en 3D peut être maintenu en vie assez longtemps pour tester sa réaction aux médicaments ou l’implanter dans le corps humain et s’y développer.

En tout cas, cette avancée scientifique ne cesse de faire fantasmer depuis sa révélation et la Methuselah Foundation, organisation à but non-lucratif basée à Springfield en Virginie, a promis une récompense d’1 million de dollars au premier qui réussira à imprimer un foie entièrement fonctionnel et opérationnel : de quoi en motiver plus d’un !

L’impression 3D va encore plus loin avec cet organe en 3D qui sera implanté dans le corps d’un patient en 20141

Développer l’impression de tissus organiques durables pourrait donc bel et bien révolutionner le monde de la médecine. Ainsi, cela permettrait aux sociétés pharmaceutiques de créer et tester des médicaments sur des organes humains plutôt sur des animaux, rendant les résultats des recherches beaucoup plus précis. Enfin, il faut tout de même souligner que cela pourrait bien prendre un sacré bout de temps avant que des transplantations d’organes imprimés en 3D soient autorisées sur des humains par la Food & Drug Administration… A suivre de près, donc.

L’impression 3D va encore plus loin avec cet organe en 3D qui sera implanté dans le corps d’un patient en 20144

L’impression 3D va encore plus loin avec cet organe en 3D qui sera implanté dans le corps d’un patient en 20145

Cette innovation est tout bonnement impressionnante : il sera bientôt possible de greffer n’importe quel organe sur demande en le modélisant et en l’imprimant ! Chez DGS, on se rappelle tous de Leeloo, l’extraterrestre aux cheveux oranges du 5ème Elément, reconstituée de la tête aux pieds grâce à des tissus prélevés sur sa main. On espère que le futur nous réserve autant de belles surprises en terme de technologie dans le domaine de la santé. Et vous, préféreriez-vous vous faire greffer un coeur qui a appartenu à quelqu’un d’autre ou alors en recevoir un tout neuf créé de toutes pièces par impression 3D ?

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

En 1950, l’Inde a refusé de participer à la Coupe du Monde de Football parce qu’il fallait porter des chaussures