13 848 personnes connectées

Le premier « bébé-médicament » né en France

Il n’y avait encore jamais eu en France de naissance de « bébé-médicament », c’est une grande première qui permettra de soigner l’un de ses grand-frères atteint d’une grave maladie pour lequel il est un donneur compatible.

Prénommé Umut-Talha, qui signifie en turc « Notre Espoir« , ce bébé a été conçu par fécondation in vitro dans l’espoir de guérir l’un de ses aînés atteint d’une très grave maladie, la bêta-thalassémie. Grâce à un double diagnostic génétique préimplantatoire (qui consiste à rechercher sur des embryons des traces de maladie génétique et à replacer un embryon indemne dans l’utérus de la mère), l’enfant a l’assurance de ne pas être atteint par la maladie mais surtout d’être un donneur compatible. La procédure est simple, une fois que le bébé est né, les médecins extraient le sang du cordon ombilical et le conserve pour greffer par la suite des cellules souches à son frère.

En soi, il y avait eu quelques précédents de part le monde mais c’est une première en France. Ce sont les professeurs René Frydman (précurseur ayant créé Amandine, le premier bébé éprouvette français) et Arnold Munnich qui ont permis le 26 Janvier 2010 de mettre au monde ce « bébé-médicament » qui pesait 3,650 kg à la naissance. Cette grande annonce intervient au tout début des discussions à l’Assemblée nationale sur la réforme des lois bioéthiques…

La génétique est sujet à de nombreux débats éthiques, mais jusqu’où iriez vous pour sauver vos enfants ?

3,2 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution.

— OMS