13 600 personnes connectées

La fin de Megaupload : le FBI ferme le site

Accusés d’avoir causé 500 millions de dollars de pertes aux détenteurs de copyright, les sites Megaupload et Megavideo, ont été fermés ce jeudi par la justice américaine. Une nouvelle qui ne manque pas de créer le buzz aux quatre coins du monde. Explications et retour sur la mise hors-ligne du 13 ème site le plus visité au monde.

Le site Megaupload, basé à Hong-Kong, permet depuis 2005 le partage de fichiers entre internautes. Offrant un important espace de stockage et une remarquable vitesse de téléchargement, le site a immédiatement fait office de référence. Ainsi, nombre de français avouent avoir utilisé à plusieurs reprises ce service pour télécharger ou visionner en streaming films et séries américaines. Rien d’étonnant à ce qu’il se positionne à la 22 ème place des sites les plus consultés en France.

Mais les autorités américaines ont dû réaliser une véritable opération internationale pour fermer ce service. En effet, un mandat d’arrêt demandé par les États-Unis a permis l’arrestation, en Nouvelle-Zélande, du P.D.G du site, Kim Dotcom et de Mathias Ortmann (directeur technique), ainsi que de Finn Batato (directeur marketing) et de Bram van der Kolk (chargé de la programmation des sites et du réseau). 20 perquisitions ont eu lieu aux États-Unis mais aussi au Canada et en Hollande pour récupérer les serveurs de la société. Les dommages sont estimés à 175 millions de dollars grâce à des activités frauduleuses exercées depuis 2005, et à 500 millions de dollars de pertes pour les ayants droits. A lui seul, Kim Dotcom aurait perçu 42 millions de dollars. Pour ce faire, la société serait détentrice de pas moins de 64 comptes bancaires et de seulement 30 employés répartis dans 9 pays différents. Vu sous cet angle, Megaupload se positionne comme une société plus que rentable et dévoile malgré elle la face cachée de ses activités à ses 150 millions d’inscrits !

Alors que la loi Sopa génère une grande polémique outre-Atlantique et que la loi Hadopi ne manque pas de faire parler d’elle en France, la fermeture de Megaupload ouvre les débats et anime les passions. A 1 heure du matin, Nicolas Sarkozy saluait dans un communiqué officiel l’action du FBI contre le site de partage : « La mise à disposition illégale, par ce service, d’œuvres protégées par le droit d’auteur, permettait à ses promoteurs de réaliser des profits criminels sous la forme de recettes publicitaires ou d’abonnements de ses usagers ». A l’opposé, les hackers d’Anonymous ont revendiqué la contestation de ces arrestations et des internautes ont attaqué les sites du département américain de la justice, des majors, ou encore du FBI qui a rendu la nouvelle officielle sur son site. Ceci ne va pas sans rappeler que diverses célébrités de l’industrie de la musique avaient déjà apporté leurs soutiens à Megaupload tels que Alicia Keys et Kanye West.

Le site devrait donc continuer de défrayer la chronique dans les prochains jours. Megaupload serait-il à l’origine d’une hypothétique « cyber-guerre » ?