12 572 personnes connectées

Focus sur La Légende de Korra, cette sublime série d’animation pour petits et grands !

Il y a quelque temps de cela déjà, sortait une série fascinante nommée Avatar, le dernier maître de l’air. Destinée aux jeunes spectateurs de Nickelodéon, elle aura réussi le pari surprenant de séduire plusieurs générations grâce à une histoire prenante, des personnages attachants et un univers oscillant entre magie et réalité. Plusieurs années plus tard, ses créateurs sont de retour avec une nouvelle œuvre nommée La Légende de Korra.

Diffusée pour la première fois en avril 2012, la série était très attendue par les fans d’Avatar et pour cause, ce premier anime avait réussi à regrouper une communauté de fans gigantesque aux membres hétéroclites. C’est donc devant ce qui avait été annoncé comme une mini-série de 12 épisodes que se retrouvent les fans pour le grand début de Korra dans la peau de l’Avatar.

 

korra-enfant
Dans un monde où les humains sont dotés de capacités leur permettant de contrôler les éléments, différentes civilisations se sont installées au 4 coins de la planète pour parfaire leurs dons dans un environnement le permettant. La Nation du Feu, le Royaume de la Terre, les Nomades de l’Air et les Tribus de l’Eau se sont donc organisés pour travailler leurs techniques et apprendre aux nouvelles générations à manier les éléments comme le faisaient leurs ancêtres. C’est dans la Tribu de l’Eau installée au pôle sud qu’est née Korra.

Cette petite fille au tempérament de feu fut entrainée dès son plus jeune âge pour représenter toutes les tribus et tous les éléments. En effet, à chaque nouvelle génération, nait un nouvel Avatar : un être capable de contrôler tous les éléments et qui doit protéger et garantir leur équilibre sur la planète. Un autre de ses devoirs et pouvoirs est d’entrer en contact avec le monde des esprits, intimement lié à celui des hommes. Pourtant et avec le temps, ce lien a disparu : depuis l’époque de Aang, autrefois le dernier Avatar, les hommes ont cessé d’entretenir l’équilibre fragile qui les unissait aux esprits qui, petit à petit, on décidé de se retirer dans un monde leur étant dédié.

 

korra-ouverture


Contrairement à la première série, Korra s’adresse aussi bien à de jeunes spectateurs qu’à un public plus adulte et pour cause, les spectateurs qui suivaient les aventures d’Aang contre la Nation du Feu ont bien grandi. Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko, les créateurs, l’ont décidé : la saga grandirait avec eux. C’est donc dans un monde plus moderne où la technologie a évolué avec les pouvoirs des personnages que le spectateur découvre le récit de Korra. Alors que son préquel dévoilait une seule et même histoire sur toute sa série, Korra connaîtrait différents buts et ennemis, en commençant par les hommes, dès la première saison.

En effet, dans un univers où de nombreux êtres ont grandi en possession de pouvoirs extraordinaires, certains sont nés « normaux ». Fatigués d’êtres ignorés, ils commencent à se regrouper sous les idées d’Amon. Mystérieux homme masqué, il mène cette révolte des Egalitaristes d’une main de fer en tournant la colère des hommes vers les maîtres, qu’importe leurs éléments. Ce premier ennemi de Korra promet aux spectateurs une saison forte en rebondissements mais aussi en violence. Dans le but de plaire à son public dorénavant adulte, la série fut construite différemment et les ennemis de l’héroïne auront souvent raison d’elle, que ce soit physiquement ou psychologiquement.

 

korra-amon


Si les aventures d’Aang étaient traitées de façon très manichéenne, celles de Korra compliquent la donne : ici, on parle de religion et de tradition : doit-on protéger et sacraliser l’héritage de nos ancêtres ou avancer et s’adapter à un nouveau mode de vie ? La série traite bien évidemment de l’amitié, de l’amour et des relations qui unissent les personnages mais ne s’en contente pas : on y découvre la politique à travers les différentes nations, un aspect social via les révoltes des non-maîtres et une question qui taraude les héros de nos dessins animés depuis toujours : quelle est ma place ?

En fin de compte, Korra raconte bien plus que l’histoire d’un Avatar et de sa lutte contre le mal : en 4 saisons, l’héroïne devra affronter toutes sortes de dangers, croisera des personnages qui ont fait la réussite d’Aang et finira par protéger jusqu’à ceux qui ne voulaient pas de son aide. Le personnage aura séduit les spectateurs dès son apparition dans les débuts de la série : cette fois-ci, le héros est une fille et comme nous l’a montré Aang quelques années auparavant en nous dévoilant le visage des précédents avatars, cela ne pose aucun problème. Musclée, entêtée, amusante et courageuse, elle possède des qualités habituellement prêtées aux hommes dans les animes. Entourée de personnages tout aussi attachants qu’elle l’est, Korra n’est pas seule dans ses problèmes, ce qui apporte une touche de réalisme au dessin animé et permet une meilleure identification des spectateurs.

 

korra

 

En plus de personnages hauts en couleur, Korra séduit par ses dessins et son animation. Les combats sont minutieusement travaillés et cela se ressent lors du visionnage des épisodes. Les paysages sont aussi très beaux, oscillant entre nature, ville et un certain aspect steampunk. Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko ont très bien su faire évoluer leur œuvre en adaptant les personnages à leur nouvel environnement : les maîtres des éléments utilisent leurs pouvoirs dans la vie de tous les jours, qu’ils combinent avec la technologie pour plus d’efficacité.

Avec un récit plus adulte comprenant différents sujets de société, des dessins et animations magnifiques et des personnages plus attachants les uns que les autres, Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko ont réussi le grand retour de l’Avatar. Durant 4 saisons, la série aura séduit de plus en plus de personnes formant autour d’elle une communauté de fans bien plus grande que pour Aang. Chez SooGeek, on espère bientôt en découvrir plus sur cet univers fabuleux et il y a fort à parier que nous ne sommes pas les seuls.

La plupart des rues au Japon n’ont pas de nom ni de numéro

— @DailyGeekShow