13 205 personnes connectées

Kengoro, le premier robot qui transpire

La robotique fait des progrès de jour en jour avec des innovations toujours plus folles que les autres. Cette fois-ci, les ingénieurs du laboratoire JSK de l’Université de Tokyo, emmenée par le professeur Masayuki Inaba, nous dévoilent Kengoro, le premier robot humanoïde qui transpire. 

Depuis quelques années, la robotique fait d’énorme progrès, mais comme pour tous système d’une complexité telle, il existe des problèmes. Les robots d’aujourd’hui sont capables de marcher, de courir et d’exécuter des actions précises. Par conséquent, il génère beaucoup d’énergie et leurs moteurs n’ont d’autres choix que de surchauffer. Pour tenter de remédier à la surchauffe des dispositifs, les ingénieurs mettent en place des ventilateurs, des dissipateurs thermiques, ou encore du refroidissement liquide avec radiateur.

© Unexplained Mysteries - Kengoro
© Unexplained Mysteries – Kengoro

Ces techniques sont utiles, mais ne sont pas fiables sur le long terme. C’est pour cela que les chercheurs de l’Université de Tokyo ont mis au point le premier robot capable de sécréter de la transpiration. En effet, Kengoro mesure 1,70 mètre de haut pour 56 kg et animé par pas moins de 108 moteurs, il a donc besoin d’un système de refroidissement conséquent. Les chercheurs ont donc opté pour une évaporation de la chaleur calquée sur le principe de sudation, bien connu des humains.
Cet exploit a été réussi à l’aide d’une technique d’impression 3D par frittage laser sélectif pour fabriquer un squelette en aluminium capable de « transpirer » et qui fonctionne comme une éponge.

Kengoro est également capable de faire des pompes sans s’arrêter pendant 11 minutes sans que ses muscles (ses moteurs) ne surchauffent. En effet, le système canalise l’eau puis la filtre progressivement vers l’air libre afin de provoquer l’évaporation au contact des zones qui subissent une chauffe. Il suffit d’une simple tasse d’eau déminéralisée.

Le professeur Inaba et son équipe ont fait une présentation lors de L’IROS (International Conference on Intelligent Robots and Systems), une conférence internationale qui s’est tenue mi-octobre 2016 en Corée du Sud. Ils n’ont pas donné beaucoup d’information sur l’avenir de ce nouveau système, mais il y aura sûrement des applications pour d’autres secteurs que la robotique.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux