12 533 personnes connectées

La justice a condamné des auteurs de croix gammées à lire 35 livres

Ces 5 adolescents ont commis des actes de vandalisme et inscrit des expressions grossières et racistes sur les murs d’une ancienne école afro-américaine. Leur sanction ? Lire 35 livres et regarder 14 films !

Dans l’État de Virginie, aux Etats-Unis, cinq mineurs ont tagué des croix gammées et diverses inscriptions obscènes et racistes sur les murs d’une ancienne école afro-américaine, ouverte en 1892 : l’Ashburn Colored School. Estimant  » qu’il est évident que l’acte [des garçons] n’était pas motivé par des considérations raciales et que les fautifs avaient été stupides et n’avaient pas compris la gravité de ce qu’ils avaient fait « , la juge Alex Reda a choisi de mettre la culture à contribution.

La peine qu’elle a donnée aux adolescents est, en effet, pour le moins inattendue. Les coupables sont condamnés à lire 35 livres et à regarder 14 films, et pas n’importe lesquels ! Au programme, entre autres : La Couleur pourpre, d’Alice Walker, qui raconte l’histoire d’une jeune femme noire dans la Géorgie des années 1960, mais aussi L’Oeil le plus bleu de Toni Morrison, où une petite fille noire rêve d’avoir les yeux bleus, ou encore Le soleil se lève aussi, d’Ernest Hemingway.

Côté films, il leur faudra regarder et méditer sur 12 years a slave, de Steve McQueen ou Lincoln de Steven Spielberg. Mais ce n’est pas tout, car la juge a également prévu la visite du musée de l’Holocauste de Washington ainsi que du Musée national d’histoire américaine, en se concentrant particulièrement sur la section consacrée aux Américains dont les origines japonaises leur avaient valu d’être faits prisonniers pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le but de cette sanction exemplaire, selon la juge Alex Reda : « leur offrir une meilleure considération du sexe, de la race, de la religion et de la tolérance. » Et pour s’assurer que le message passe bien, les jeunes délinquants sont tenus de rendre chaque mois un rapport sur leurs lectures. Espérons que la juge a raison de croire en la vertu de la culture et que ce genre de peine pourra être efficacement reconduit !

Ces articles vont vous plaire

On n’a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n’en a pas.

— Alphonse de Lamartine