13 319 personnes connectées

Avec la sonde spatiale Juno, tout ce que nous savons sur Jupiter est remis en question

Depuis l’été 2016, la sonde Juno explore Jupiter, la plus grande planète du Système solaire. La NASA vient de révéler ses premières observations et les résultats relevés pourraient bien tout changer sur la façon dont nous voyons la géante gazeuse.

 

UNE EXPLORATION INÉDITE DE JUPITER

La sonde spatiale Juno est en orbite au-dessus de Jupiter depuis juillet 2016. Le vaisseau a pour mission d’effectuer des survols de la planète en s’approchant jusqu’à 4 000 km de sa couche nuageuse. Un exploit technologique au regard du précédent voyage effectué en 1974 par Pioneer 11. En effet, la sonde était alors restée à seulement 43 000 kilomètres de la couche nuageuse.

 

DE GIGANTESQUES CYCLONES

En s’approchant aussi près de Jupiter, Juno a pu saisir d’impressionnants clichés. Des photographies qui mettent notamment en images de gigantesques ouragans de près de 1 400 kilomètres de diamètre, soit dix fois plus que les plus grands cyclones sur Terre. Ces énormes tourbillons peuvent même monter jusqu’à 100 kilomètres au-dessus de l’atmosphère de Jupiter. Une étude dévoilée par la NASA dans le magazine Science revient sur les origines de ces cyclones.

La sonde a pu enregistrer d’énormes quantités d’ammoniaque jaillissant de l’équateur de Jupiter et formant ces systèmes météorologiques qui s’étendent alors sous la couche de nuage de l’astre. « Cela ressemble à une plus large version des courants d’air qui naissent au niveau de l’équateur terrestre et qui génèrent les alizés », reporte Scott Bolton, chercheur en charge du projet Juno au South Research Institute.

 

UN CHAMP MAGNÉTIQUE BIEN PARTICULIER

Les résultats de la seconde étude publiée par la NASA sont encore plus étonnants. Cette étude s’intéresse au champ magnétique de Jupiter. Les scientifiques avaient déjà conscience du pouvoir et du gigantisme du champ magnétique de la planète mais les observations de Juno ont dépassé toutes leurs prévisions. En effet, ce champ magnétique est deux fois plus élevé que la prédiction des chercheurs. Il atteint 7.766 Gauss soit un résultat 10 fois supérieur à celui de la Terre qui est mesuré à 0.66 Gauss au niveau du Pôle Sud.

Ce qui surprend aussi, c’est l’origine de ce champ magnétique. Si sur Terre ce champ provient du fer liquide brulant sous la croute terrestre, sur Jupiter il serait dû à divers processus proches de la surface de la planète. Comme le souligne Jack Connerney, scientifique en charge de cette seconde étude, le champ magnétique de Jupiter serait dynamique et aurait donc des variations spatiales inattendues. De quoi enthousiasmer les chercheurs car, comme l’indique Connerney, « la chose la plus excitante sur l’étude de Jupiter est que, contrairement à la Terre, nous avons plus de vues détaillées sur le fonctionnement des champs magnétiques ».

 

D’INCROYABLES AURORES BORÉALES

Juno a pu détecter de gigantesques aurores violettes et bleues au niveau des pôles de Jupiter. Sur Terre, les aurores boréales apparaissent lorsque les particules chargées des vents solaires sont renvoyées par la magnétosphère vers les régions polaires. La magnétosphère est le terme qui désigne l’espace où le champ magnétique d’un astre est actif. Lorsque les vents solaires rentrent en contact avec cette magnétosphère, cela créé une onde de choc et donc sur Terre, un renvoi des particules chargées vers les pôles. Les scientifiques avaient donc établi que sur Jupiter, ces aurores étaient dues à un phénomène identique avec un champ d’électrons reversé dans l’atmosphère de l’astre.

Pourtant, les relevés de Juno montrent une toute autre réalité. Les aurores de Jupiter proviendraient d’électrons étant aspirés depuis la planète vers ses régions polaires. Ce qui voudrait dire que Jupiter serait seule responsable de ces spectacles lumineux. Cette découverte vient donc totalement remettre en cause la vision des scientifiques. Pour Connerney, « c’est un renversement à 180 degrés de ce que nous supposions à l’origine ». Si ces premières observations amènent déjà les chercheurs à repenser leur approche de Jupiter, Juno n’ayant effectué pour l’instant seulement 5 de ses 33 explorations prévues, nous pouvons d’ores et déjà nous attendre à de nouvelles révélations sur la mystérieuse plus grande planète du Système solaire.