13 384 personnes connectées

Josh imagine un monde spectaculaire où la nature règne au milieu des vestiges de l’humanité

Que se passerait-il si un rhinocéros vivait au cœur de la ville ou que des baleines nageaient au milieu d’un cimetière ? C’est la question à laquelle a répondu Josh Keyes avec ses oeuvres. Cet artiste talentueux imagine des toiles réalistes où la nature a repris ses droits. Entre maisons abandonnées et œuvres bucoliques, plongez dans l’univers hors du commun de cet amoureux des animaux. 

Dans un monde où la nature prend de moins en moins de place et où les animaux sont menacés, l’espoir de voir le monde redevenir sauvage semble impossible. C’est pourtant cette envie qui inspire l’artiste Josh Keyes. Ce peintre américain a choisi de dépeindre un monde où l’homme a laissé une trace de son passage mais où il n’a plus sa place. Un monde entre l’onirique et le post-apocalyptique où la nature a repris ses droits.

Chaque oeuvre de Josh inclut un élément évoquant la civilisation, qu’il s’agisse de bâtiments, de voies ferrées, de tombes ou encore de panneaux de signalisation. Mais tout semble être à l’abandon et ce sont les animaux que se les approprient pour en faire leur nouvel habitat naturel. Dépeints de façon réaliste, ils donnent l’impression d’être réels, comme captés par l’objectif d’un photographe. Certains d’entre eux s’amusent même avec les éléments urbains comme pour montrer qu’en un coup de griffe ou de corne, ils reprennent le pouvoir. 

En plus des animaux, la végétation a également repris ses droits. Elle aussi envahit de verdure ces œuvres et ces lieux abandonnés comme pour nous rappeler que quoi qu’il arrive, elle renaîtra toujours. Le résultat, aussi beau soit-il, nous invite ainsi à réfléchir sur ce qu’il se passerait si l’humanité venait à s’éteindre. 

Pleines de poésie, ces œuvres où animaux et nature règnent en maîtres donnent une vision décalée d’un monde où l’Homme n’a plus sa place. Les toiles sont d’autant plus saisissantes que tout semble réel, du béton des bâtiments à la fourrure des animaux. Et l’artiste n’oublie pas d’y ajouter sa petite touche tantôt en sacralisant les scènes dépeintes, tantôt en y ajoutant une touche d’humour. Si vous souhaitez découvrir ses autres réalisations et en apprendre plus sur son travail, n’hésitez pas à visiter son compte Instagram. 

Ces articles vont vous plaire

3,2 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution.

— OMS