12 685 personnes connectées

Je m’appelle Myriam et je vais vous expliquer comment sauver plus de 1500 enfants par jour

Sauveriez-vous plus de 1500 enfants chaque jour si vous en aviez la possibilité ? C’est déjà possible tout simplement grâce au savon ! En effet, 6,6 millions d’enfants n’atteignent jamais l’âge de 5 ans et la plupart de ces décès auraient pu être évitées grâce à une meilleure hygiène de vie. Dans cette vidéo, Myriam Sidibé, experte en santé publique, nous explique comment une invention déjà millénaire peut être une arme cruciale contre la mortalité infantile.

Myriam Sidibé est une experte en santé publique. Employée par le groupe Lifebuoy, elle travaille depuis 14 ans avec des milliers d’enfants et sur la meilleure manière dont ils doivent se laver les mains à des moments-clés de la journée comme avant les repas ou après un passage aux toilettes. Myriam travaille dans plus de 55 pays en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient ainsi qu’en Amérique du Sud avec l’objectif de changer les habitudes hygiéniques de plus d’un milliard de personnes d’ici 2015.

myriam-sidibe-savon

La diarrhée et la pneumonie sont les deux premières causes de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans. Pourtant, se laver régulièrement les mains avec du savon constituerait une parade efficace à cette mortalité infantile. Même si cette habitude peut être considérée comme acquise dans la plupart des pays développés, elle pourrait réduire de moitié les diarrhées, d’un tiers les infections respiratoires chez les nourrissons et aurait même un impact sur le SRAS et les épidémies de choléra ou d’Ebola. Myriam estime qu’un changement d’habitudes pourrait sauver environ 600 000 enfants par an !

L’absence de disponibilité du savon n’est pas à mettre en cause dans ces chiffres. En effet, dans 90 % des foyers en Inde, 94 % des foyers au Kenya, le savon est disponible. Même dans les pays où le savon est moins présent, le nombre monte à 50 %. Alors, pourquoi les gens ne se lavent-ils pas les mains ? Myriam s’est penchée sur la question, et donne quelques éléments de réponse. Elle prend l’exemple de Mayank. Dans sa famille, on se sert du savon pour se laver les mains une fois par jour dans le meilleur des cas et une fois par semaine dans le pire. Insuffisant selon l’experte, qui pointe le nombre d’infections contractées par les enfants au sein de leur propre foyer.

enfants-mains-lagos-nigeria

Changer les mauvaises habitudes n’est pas facile mais Myriam est bien déterminée à démocratiser l’utilisation du savon afin de préserver de nombreuses vies. A la rédaction, nous avons été touchés par son discours et nous ferons désormais encore plus attention à l’hygiène de nos mains. Quant à vous, auriez-vous imaginé que ce simple réflexe pouvait contribuer à sauver autant d’enfants ?

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux