13 942 personnes connectées

3 raisons d’aller voir The Jane Doe Identity

Tommy Tilden et son fils sont médecins légistes. Quand la police leur amène une Jane Doe, expression désignant une femme dont on ignore l’identité, l’autopsie ne semble être qu’une simple formalité pour eux. Pourtant, l’arrivée de cette mystérieuse morte va marquer le début d’une nuit sous le signe de l’étrange et du fantastique. Découvrez 3 raisons d’aller voir The Jane Doe Identity, le nouveau long-métrage de André Øvredal, qui s’impose déjà pour beaucoup comme le film le plus effrayant de l’année.

UN VRAI FILM QUI FAIT PEUR

Si elle a été malheureusement souvent absente des sorties récentes, la peur reste l’élément central d’un film d’horreur. Et avec The Jane Doe Identity, le moins que l’on puisse dire, c’est que cette peur est bien au rendez-vous. A tel point que même Stephen King salue la qualité du film et déconseille de le voir seul.

Au programme : de la peur mais maniée avec intelligence. Contexte oblige, on retrouve évidemment de l’immonde avec des séances d’autopsie qui vont particulièrement loin dans le nauséabond et qui risquent d’en déranger plus d’un. Mais la force du long-métrage, c’est de ne pas tomber dans le gore « pour adolescent ». Cette horreur est maitrisée et les peurs sont variées, le film faisant aussi la part belle à l’effroi et au suspens surnaturel. Au final le réalisateur André Øvredal maîtrise son sujet et nous donne à regarder un vrai film de peur qui tout en restant particulièrement effrayant, ne tombe jamais dans la facilité.

UN FILM QUI CHANGE DES PRODUCTIONS ACTUELLES

Ces dernières années, le cinéma d’horreur a été envahi par des superproductions hollywoodiennes qui recyclent sans grande inspiration les démons diaboliques et les références à la religion catholique. André Øvredal s’était fait connaitre en 2010 avec le found-foutage The Troll Hunter. Si ce genre est désormais utilisé à toutes les sauces, le film avait été salué par la critique et le public et avait surtout marqué pour son originalité. Continuant à se distinguer de la concurrence, le réalisateur nous livre avec The Jane Doe Identity un film qui tend plus vers le cinéma d’horreur à l’ancienne.

Au niveau des inspirations, les scénaristes citent des oeuvres claustrophobes à l’image de Répulsion ou Le Couteau dans l’eau de Roman Polanski. Pour la partie visuelle, Øvredal a déclaré avoir pris pour modèle Seven de David Fincher, « un thriller extrêmement vraisemblable » selon ses dires. Un mélange d’inspirations auquel s’ajoute un coté fantastique qui marque l’originalité du film et le rapproche dans son ambiance d’un épisode de La Quatrième Dimension ou de X-Files.

UN CASTING PLUS QUE CONVAINCANT

Autre grande réussite du film : son casting. L’intrigue est portée par le duo père-fils joué par Brian Cox et Emile Hirsch. Le premier a notamment était vu dans le rôle de Hannibal Lecteur dans Le Sixième Sens en 1986 et incarne Winston Churchill dans le biopic qui sort en salles cette semaine. Quand au second, vous l’avez surement déjà vu dans le Into The Wild de Sean Penn. Ces deux acteurs donnent vie à un duo à la fois tragique et touchant. Un duo auquel on s’attache facilement, ce qui nous amène à craindre pour le sort des personnages et donc augmente encore un peu plus le sentiment de peur.

Mention spéciale aussi pour l’actrice Olwen Catherine Kelly qui vient incarner la Jane Doe du film. Incarner un cadavre n’est pas une chose facile mais le jeu de l’actrice tout en minimalisme et en subtilité souligne le talent de la performance réalisée et vient renforcer l’effroi du film. The Jane Doe Identity est une oeuvre intelligente qui a su se différencier des autres productions un peu trop génériques. Considéré par beaucoup comme « le film le plus effrayant de l’année », il s’impose comme un immanquable pour tous les amateurs d’horreur sur grand écran et tous ceux qui veulent frissonner le temps d’une séance.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux