13 275 personnes connectées

Replongez dans les plus belles cinématiques d’introduction qui ont marqué les joueurs

Rien ne donne plus envie de poursuivre une aventure qu’une bonne introduction. Qu’il s’agisse d’une cinématique ou d’une scène du jeu en début de partie, certaines d’entre elles sont devenues cultes. C’est la première impression que le jeu fera au joueur et il est capital pour les développeurs d’en faire quelque chose d’inoubliable. SooGeek revient sur quelques-unes de ces introductions les plus marquantes.

 

8. Wild Arms

Lorsque le RPG japonais se laisse influencer par le western spaghetti, cela donne Wild Arms. Cette scène d’introduction mélange l’animation à la japonaise à une mélodie empruntée à « Pour une poignée de dollars » et composée par le légendaire Ennio Morricone. C’est un mariage unique qui vous surprend, vous attrape le coeur et vous marque à vie. Aujourd’hui, c’est une séquence qui rime avec nostalgie pour beaucoup de joueurs.

 

7. Metal Gear Solid 3

Comme souvent avec les scènes d’Hideo Kojima, on se croirait devant un film. C’est d’ailleurs l’une des grandes caractéristiques de la série. On se sait en pleine guerre froide, et l’introduction révèle au joueur qu’il approche du ciel soviétique. À l’intérieur du MC-130, la tension est palpable dès la première minute, mais Snake, lui, fume son cigare sans inquiétude. Au moment venu, il saute et atterrit l’air de rien pour commencer sa mission. Ce n’est pas la plus spectaculaire des introductions, mais elle a le mérite de plonger le joueur dans le contexte et l’action du jeu de façon poignante. Impossible de ne pas jouer après ça.

 

6. Kingdom Hearts 2

La séquence d’introduction de Kingdom Hearts faisait déjà très fort, mais celle du deuxième épisode passe à la vitesse supérieure. La chanson et l’animation se combinent pour donner un récapitulatif du lien entre les deux épisodes. L’introduction permet aussi de présenter les nouveaux personnages aux joueurs tout en mettant en avant ceux du premier épisode. On n’aurait pas pu demander mieux pour faire la transition entre les jeux. Nul doute que Kingdom Hearts 3 proposera quelque chose d’encore mieux.

 

5. Final Fantasy X

La grosse claque qui laisse la mâchoire ouverte. Comme à son habitude Square-Enix en met plein les yeux. L’introduction laisse deviner qu’il va y avoir énormément de choses à découvrir et à comprendre dans le monde fantastique de Final Fantasy X. Entre deux « whoa », le joueur se demande qui est donc ce mec en rouge qui semble être trop charismatique pour être honnête, et surtout quel est ce monstre gigantesque qui ravage toute la ville alors que le héros se donne en spectacle dans une arène sportive. Avec un choix de musique atypique mais brillant, Square-Enix signe encore une fois une introduction monumentale.

 

4. Mass Effect 2

Pour donner suite à l’un des meilleurs jeux de sa génération, il fallait faire fort. Le moins que l’on puisse dire, c’est que BioWare a visé juste. Après l’apparition du mystérieux leader de Cerberus, vous retrouvez votre Shepard à bord de son précieux Normandy. Tout va bien dans la galaxie, jusqu’à ce qu’un vaisseau débarque et ouvre le feu sur votre équipage. Vous tentez de sauver ledit équipage lors d’une sortie extravéhiculaire spectaculaire alors que la musique fait grimper le suspense. Brusquement, une explosion propulse Shepard dans l’espace. Votre vaisseau est pulvérisé et Shepard meurt asphyxié dans le vide spatial. Mass Effect 2 peut commencer.

 

3. Chrono Cross

Cette séquence d’introduction accompagnée de sa musique magistrale contribue à faire de Chrono Cross l’un des meilleurs RPG de la PlayStation. La composition de Yasunori Mitsuda y est pour beaucoup et est habillement utilisée pour accompagner le rythme de la scène. Au-delà de ça, la séquence expose la richesse de l’écriture de Chrono Cross et englobe chacun de ses personnages d’un mystère cryptique. Une chose est sûre, elle donne envie de partir à la découverte de ce monde haut en couleur et il est impossible de ne pas avoir envie de la revoir à chaque fois que l’on allume la console.

 

2. Bioshock

En l’espace de cinq minutes, on passe de l’angoisse au soulagement, de l’intrigue au fantasmagorique. Et surtout, on plonge dans une aventure inoubliable. À partir du moment où le joueur commence sa partie, il sera marqué à vie. Un crash d’avion, un phare énigmatique au milieu de l’océan, un monde sous-marin inouï où les baleines côtoient les néons des années 40. Ne pensez pas que cela résulte en une cacophonie visuelle, bien au contraire, tout est structuré pour que le joueur poursuive son chemin, captivé par l’expérience. Bioshock donne une leçon de narration et un niveau d’écriture rarement vu dans le jeu vidéo.

 

1. Final Fantasy VIII

La scène d’introduction la plus mémorable de l’histoire du jeu vidéo ? C’est bien possible. Une histoire de rivalité, d’amour, une quête intérieure, voici ce que nous promet le jeu avant de délivrer beaucoup plus. Cela va sans dire avec une production de Squaresoft, la scène est un festin pour le regard. Mais cette séquence ne serait rien sans son thème orchestral, Liberi Fatali, aux choeurs aussi vivants que l’animation de la vidéo est rythmée. Le symbolisme des couleurs et le jeu des transitions sont absolument époustouflants. Final Fantasy VIII en tête de liste pour les introductions les plus marquantes est une évidence pour quiconque ayant connu le jeu. Et quiconque n’ayant pas connu le jeu devrait résoudre le problème dès maintenant. Une tuerie sans pareille.

 

Il est dit qu’un livre peut se juger par ses premières pages. Pour un jeu vidéo, cela pourrait être vrai de ses introductions. Ayant pour objectif de présenter la trame de l’histoire et les personnages, elles doivent aussi et surtout donner l’envie au joueur de poursuivre l’aventure. Elle doit l’accrocher avec force pour qu’il n’ait d’autres choix que de rester scotché à son écran. Il est clair que celles listées au-dessus ont réussi leurs missions. Votre séquence d’introduction fait-elle partie de la liste ou en ajouteriez-vous une autre ?

Un homme n’est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rêves.

— John Barrymore