13 067 personnes connectées

Cette intelligence artificielle résout des problèmes pour lesquels elle n’a pas été programmée

Les recherches en matière d’intelligence artificielle sont en plein essor. Nouvelle étape dans ce domaine : Google vient de dévoiler des programmes informatiques dotés d’« imagination ». Ces agents qui s’inspirent des capacités humaines se voient dotés de meilleures capacités d’apprentissage et peuvent mieux faire face à l’imprévisibilité du monde réel.

SIMULER L’HABILITÉ HUMAINE

Google DeepMind est une firme britannique rachetée par le géant des nouvelles technologies en 2014. Spécialiste de l’intelligence artificielle, cette société tente de combiner « les meilleures techniques de l’apprentissage automatique et des neurosciences des systèmes pour construire de puissants algorithmes d’apprentissage généraliste ».

Google DeepMind crée des algorithmes qui simulent l’habilité humaine à construire des plans, de façon à développer des software et hardware capables de résoudre des problèmes complexes de manière plus efficace. DeepMind s’est notamment illustrée avec AlphaGo, une intelligence artificielle capable de battre les meilleurs joueurs au monde du jeu de go.

UNE INTELLIGENCE DOTÉE D’IMAGINATION

AlphaGo est un véritable exploit en matière d’intelligence mais ce programme informatique ne fait qu’appliquer des séries de règles établies avec relativement peu de facteurs à prendre en compte. Comme l’expliquent les chercheurs de DeepMind sur leur blog, « le monde réel est complexe, les règles ne sont pas clairement définies et des problèmes imprévisibles apparaissent souvent ».

C’est pour faire face à cette part d’imprévisible que les chercheurs ont développé des « agents à imagination augmentée », « imagination-augmented agents » en langue originale. Dans deux nouveaux articles, DeepMind dévoile les détails de cette nouvelle technologie. Ces programmes informatiques peuvent apprendre différentes stratégies pour atteindre leurs objectifs, choisissant à travers un large éventail de possibilités.

 

LA CAPACITÉ À APPRENDRE DES DONNÉES SENSORIELLES

« Ce travail complète les autres modèles d’intelligence artificielle, comme AlphaGo, qui peuvent aussi évaluer les conséquences de leurs actions avant de les décider ». Rapporte l’équipe de DeepMind. Ce qui différencie ces nouveaux agents, c’est avant tout leur capacité à apprendre des données sensorielles et non à compter sur des informations données, comme un simulateur prédéterminé par exemple.

« Les approches basées sur l’imagination sont particulièrement utiles dans les situations où l’agent est dans un nouvel environnement et a peu d’expérience sur laquelle compter, mais aussi dans les cas où les actions ont des conséquences irréversibles et où réfléchir avec attention est préférable à une décision spontanée ».

 

 

LES AGENTS AVEC IMAGINATION ONT DE MEILLEURS RÉSULTATS

L’équipe de DeepMind a testé ces agents munis d’ « imagination » à travers un puzzle game nommé Sokoban ainsi qu’une simulation de navigation spatiale. Chacun nécessite de planifier en avance ses actions et de raisonner. « Pour ces deux tâches, les agents à imagination augmentée ont dépassé les autres. Ils apprennent avec moins d’expérience et sont capables de gérer les imperfections dans la modélisation de l’environnement. » soulignent les chercheurs sur leur blog. 

Une vidéo diffusée par l’équipe de recherche montre une intelligence artificielle jouer à Sokoban sans en connaître les règles. On peut y voir les cinq résultats imaginés par l’agent pour résoudre chaque situation. La solution choisie par l’agent est encadrée en blanc dans la vidéo. « Ce sont des recherches initiales, mais les systèmes d’intelligence artificielle devenant de plus en plus sophistiqués et devant opérer dans des environnements plus complexes, cette agilité à imaginer peut permettre à nos systèmes d’apprendre les règles gouvernant leur environnement, résolvant ainsi plus efficacement leurs tâches ».

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE EN PLEIN ESSOR

Plus tôt dans l’année, les chercheurs de DeepMind et de l’Imperial College London ont ajouté la mémoire à leur intelligence artificielle pour leur permettre de jouer à plusieurs jeux Atari. Les précédentes technologies étaient certes capables de battre des humains, mais elles ne pouvaient apprendre qu’un jeu à la fois et ne pouvaient pas se rappeler comme cela avait été fait.

Le domaine de l’intelligence artificielle est donc en pleine expansion et ces programmes informatiques intelligents se dotent donc de plus en plus de capacités reprises directement sur les habilités humaines. DeepMind travaille déjà sur des logiciels capables d’aider une intelligence artificielle à comprendre son environnement et à apprendre, en mimant les traits humains de l’inférence. L’ajout de la capacité d’imagination marque donc une avancée importante dans le développement de ces intelligences artificielles.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux