12 340 personnes connectées

Vous ne vous en doutiez peut-être pas mais l’animation japonaise a une histoire vieille de plus de 100 ans

Les animes japonais ne sont arrivés chez nous qu’à partir des années 1980 et 1990. Mais au Japon, ils existent depuis bien plus longtemps et leur histoire est tout sauf un long fleuve tranquille. SooGeek vous explique comment les animes sont nés et comment leur histoire a évolué.

 

On a tendance à penser que les animes sont nés au Japon avec l’adaptation pour la télévision d’Astro Boy de et par Osamu Tezuka en 1963. Si cette première série mettant en scène le petit robot le plus célèbre du Japon a bien lancé l’industrie et fixé une partie de ses normes, d’autres animes ont été réalisés dans l’archipel bien avant. C’est dans les années 1900 que le cinématographe atteint le Japon et alors, comme dans le reste du monde, certains ont l’idée de dessiner directement sur la pellicule pour créer les premiers dessins animés au sens propre.

 

Ensuite, au cours des années 1900, 1910 et 1920, le dessin animé va se développer au Japon dans des structures de production plus ou moins grandes, ces dernières réalisant toujours des films courts. Malheureusement ces petits films n’ont pas été archivés et la plupart des copies ont été perdues. Il faut attendre 1945 pour voir naitre le premier long-métrage d’animation au Japon, Momotaro, le divin soldat de la mer, un film de propagande de 74 minutes en noir et blanc au style graphique et scénaristique très influencé par Disney.

 

Momotaro, le divin soldat de la mer, le premier long-métrage d’animation japonais : 

 

L’après-guerre voit l’émergence de l’un des studios historiques de l’animation japonaise, Toei, en 1948. Cette société, qui sera à l’origine des animes Dragon Ball et Sailor Moon, produit en 1958 le premier long-métrage d’animation japonais en couleurs, Le Serpent blanc. Si les productions animes sont encore relativement marginales dans le paysage audiovisuel japonais à l’époque, cela va changer dans les années 1960 avec l’arrivée d’Astro Boy à la télévision en 1963.

 

Si l’adaptation animée du manga de d’Osamu Tezuka n’est pas la première série en dessin animé diffusée à la télévision japonaise, elle pose véritablement les bases du genre : des personnes que l’on retrouve d’épisode en épisode, une histoire qui se suit sur le long cours, etc. De même, Osamu Tezuka, qui supervise l’élaboration de la série avec sa société Mushi, fixe par la même occasion les normes de fabrication des animes pour la télévision : production en flux tendu, animation simplifiée avec plus d’attention accordée à seulement certains plans.

 

La série originale Astro Boy (dans sa version anglaise diffusée aux États-Unis dans les années 1960) : 

 

Dans les années 1970, la télévision explose véritablement au Japon et les séries animées se multiplient de manière exponentielle grâce à des succès très variés allant de Heidi à Mobile Suit Gundam. Les années 1980 voient un retour en grâce des longs-métrages d’animation, notamment avec l’arrivée de véritables figures d’auteurs comme Hayao Miyazaki avec Nausicaä de la vallée du vent en 1984 ou encore Isao Takahata avec Le Tombeau des lucioles en 1987. C’est également à ce moment que les films d’animation japonais se voient allouer des budgets véritablement astronomiques, comme c’est le cas d’Akira de Katsuhiro Otomo en 1988.

 

Dans les années 1990 on observe un ralentissement et un appauvrissement relatifs des animes, même si les mecas ont toujours autant de succès, notamment avec Evangelion, donnant toujours plus de matière à la culture otaku, alors que d’autres animes originaux (qui ne sont pas adaptés de romans ou de mangas) comme Cowboy Bebop continuent de remporter un large succès aussi bien critique que public. De même, que ce soit avec les films du studio Ghibli ou les animes comme Pokémon, les productions animées japonaises ne cessent de gagner en popularité en dehors du Japon.

 

Pokémon est un anime « typique » qui s’est popularisé en Occident : 

 

Eh bien, les animes ont bien changé depuis leurs débuts, même si l’industrie en elle-même a rapidement adopté le mode de fonctionnement qu’on lui connaît aujourd’hui. On se demande vraiment dans quelle direction va se diriger la production à l’avenir. Avez-vous envie de découvrir des animes retro ou préférez-vous ceux faits plus récemment ?