13 403 personnes connectées

8 anecdotes insoupçonnées sur les chouettes et les hiboux

8 anecdotes insoupçonnées sur les chouettes et les hiboux

Chaque espèce animale présente des caractéristiques bien spécifiques. Mais une catégorie d’oiseaux, en plus d’être étonnante physiquement, est l’objet de mythes et traditions depuis des millénaires : il s’agit des chouettes et des hiboux. Le DGS vous présente quelques faits étonnants sur ces majestueux volatiles. 

 

IL EXISTE UNE DIFFÉRENCE PHYSIQUE ENTRE CHOUETTES ET HIBOUX

chouette
Un Petit-duc d’Orient, en Thaïlande via Shutterstock

Pour les anglophones, un seul terme suffit à nommer les deux espèces : owl. Ainsi, le hibou grand-duc devient Eurasian eagle-owl et la chouette effraie devient Barn owl. Mais en réalité, les hiboux sont connus pour disposer d’oreilles sur le dessus de leur crâne – les aigrettes – quand les chouettes en sont dépourvues à cet endroit du corps. En revanche, les deux types d’oiseaux (sauf quelques exceptions) font partie de la famille des strigidés, une catégorie de rapaces.

 

ILS SONT ENCORE SOURCES DE SUPERSTITIONS ET DE TRADITIONS 

2-chouette

Les chouettes et hiboux alimentent différents mythes depuis des millénaires. C’était déjà le cas sous la Grèce antique, où ces animaux symbolisaient la sagesse, mais aussi la ville d’Athènes, ce qui leur valut d’orner les premières pièces de monnaie connues. Plus tard, les Romains attribueraient au hululement des volatiles l’annonce d’une mort prochaine et les associeraient à la sorcellerie et à la magie noire. Chez les Indiens d’Amérique du Nord, en revanche, on leur attribue le pouvoir d’octroyer aide et protection et leurs plumes sont employées dans les cérémonies rituelles.

 

CES OISEAUX PEUVENT ÊTRE ENTRAÎNÉS POUR CHASSER

Chouette-hulotte-

La fauconnerie implique généralement l’utilisation de faucons. Mais certains autres oiseaux, comme les chouettes hulottes, les hiboux grand-duc ou les chouettes effraies, peuvent également être formés pour chasser. Alors que les faucons et d’autres oiseaux de proie sont actifs durant la journée et prisés pour leur excellente vue, les chouettes et hiboux sont appréciés pour leur ouïe développée. Ils sont notamment utilisés pour chasser les rongeurs, les petits oiseaux ou le très petit gibier. Cependant, étant des volatiles nocturnes, ils sont plus difficiles à former.

 

À NEW YORK, DE FAUX HIBOUX FURENT UTILISÉS POUR EFFRAYER LES PIGEONS

pigeon

Les oiseaux de proie, comme les hiboux, sont particulièrement effrayants pour d’autres volatiles. Par conséquent, des leurres faits de faux hiboux sont fréquemment utilisés pour éloigner les pigeons des zones où ils sont indésirables. Par exemple, en 1986, White Plains, à New York, comptait plus de 30 faux hiboux éparpillés à cet effet et la stratégie était également populaire à Manhattan. Malheureusement les pigeons réalisèrent finalement la supercherie, puisque les faux hiboux étaient trop immobiles. Désormais, une société appelée Robop tente de résoudre ce problème avec des faucons robotisés qui bougent la tête et produisent des bruits d’oiseaux simulés.

 

LES CHOUETTES EFFRAIES UTILISENT UN DISPOSITIF PROCHE DE L’ÉCHOLOCATION

Chouette-effraie-2

Les chauves-souris utilisent l’écholocation pour détecter et chasser leurs proies. Cette technique leur permet de « voir » dans l’obscurité et s’apparente à un sonar biologique. Mais les chouettes effraies sont capables de faire quelque chose de similaire en utilisant leurs oreilles asymétriques – l’une est plus haute que l’autre – pour localiser leur proie acoustiquement. Les oreilles uniques de la chouette effraie lui permettent ainsi de localiser précisément l’origine d’un son avec une exactitude d’un degré puisque les sons arrivent à chaque oreille avec un très léger décalage. Le volatile peut alors localiser précisément sa proie. Egalement, sa collerette faciale lui permet aussi de filtrer les sons.

 

ON APPREND BEAUCOUP DES RÉGURGITATIONS DES HIBOUX

Pelote-chouette

Les chouettes et hiboux régurgitent ce qu’ils ne peuvent digérer et ces rejets contiennent souvent des os d’animaux, les rendant intéressants à étudier pour en savoir plus sur le régime alimentaire des volatiles. Les chouettes effraies, elles, se nourrissent surtout de souris et de campagnols mais leurs régurgitations contiennent d’autres éléments surprenants, comme des écrevisses.

Ces rejets sont même devenus un business florissant. Depuis 1983, Bret Gaussoin de Pellets Inc. a collecté et vendu des régurgitations de hiboux pour qu’elles soient disséquées dans les écoles. « Quand j’étais à l’université, un de mes professeurs a créé un laboratoire de dissection de rejets de chouettes effraies dans la classe », dit-il. D’après lui, « on trouve ces pelotes dans presque tous les Etats à l’ouest du Mississippi ». Les chouettes effraies aiment se nicher aux mêmes endroits chaque jour et les granulés s’accumulent donc au niveau d’une pile en dessous.

 

PESER UNE CHOUETTE OU UN HIBOU EST UN VRAI CASSE-TÊTE

Petite-nyctale

Ces volatiles sont très légers et leur progéniture l’est encore plus. Par exemple, la Petite Nyctale, une espèce de chouette, ne pèse que 65 à 100 grammes. A l’inverse, le hibou le plus lourd d’Amérique du Nord est le harfang des neiges, dont le poids peut aller jusqu’à 3 kilos. Et pour peser ces animaux, qui sont difficiles à maitriser et cherchent à s’envoler à la première occasion, la meilleure méthode est de les emballer dans un linge.

 

TEDDY ROOSEVELT EN AVAIT UNE COMME ANIMAL DE COMPAGNIE

Roosevelt

Nombreux sont les grands hommes de l’Histoire à avoir associé leur nom et leur image à de redoutables animaux. Theodore Roosevelt, en revanche, fut pris d’affection pour un harfang des neiges qui avait croisé son chemin et dont la dépouille orne encore l’American Museum of Natural History. Mais le 26e président américain possédait également une chouette effraie, un coq à une patte, un cochon ou encore un poney, qu’il apporta jusqu’à la Maison-Blanche dans une ménagerie.

Ces faits concernant les chouettes et hiboux sont réellement surprenants. Au-delà de leurs impressionnantes caractéristiques physiques et de leurs différences, ces animaux font partie intégrante des mythes et traditions humaines. Si les volatiles vous intéressent, découvrez également 10 faits intrigants qui font du gypaète barbu l’un des oiseaux les plus mystérieux de la planète.

Ces articles vont vous plaire

La culture contribue 7 fois plus au PIB français que l’industrie automobile

— @DailyGeekShow