12 335 personnes connectées

Une seule personne au monde a été guérie du SIDA à ce jour. Découvrez comment et pourquoi

virus-sida

Alors que le SIDA cause des ravages depuis des dizaines d’années, il n’existe toujours aucun remède pour guérir de cette terrible maladie. Pourtant, une personne dans le monde a été totalement soignée du SIDA. DGS vous explique en détail comment ce résultat a pu être obtenu.

Timothy Ray Brown est aujourd’hui la seule personne au monde a avoir été totalement guérie du SIDA. En 2007, il a reçu un traitement pour lutter contre la leucémie, qui contre toute attente a aussi éliminé toute trace du virus. Malgré ce résultat prometteur, aucun autre patient n’a été traité avec le même remède. Jusqu’à aujourd’hui, les scientifiques n’ont jamais vraiment su quel aspect du traitement avait permis de le soigner mais une nouvelle étude apporte des informations très précieuses à ce sujet. Timothy a été diagnostiqué atteint du VIH en 1995. Pendant 11 ans, il a pris des médicaments et a suivi une thérapie antirétrovirale. Cela l’a maintenu en vie mais en contrepartie, il a développé une leucémie. La chimiothérapie qu’on lui a administrée n’a pas fonctionné, ce qui a amené les médecins à lui transplanter de la moelle osseuse. Cette greffe a non seulement guéri son cancer, mais a également fait régresser le virus du SIDA à des niveaux si faibles qu’il n’était plus détectable dans son sang. Depuis, il n’est jamais réapparu.

Que s’est-il donc passé ? Les chercheurs pensent que trois différents facteurs ont pu contribuer à ce succès. En premier lieu, Timothy a reçu la moelle d’un individu qui possédait une rare mutation altérant l’un des récepteurs que le VIH utilise pour s’implanter dans les cellules sanguines. Deuxièmement, le système de Timothy avait été détruit par la chimio et les radiations pour le préparer à la greffe. Ce procédé, connu sous le nom de conditionnement, pourrait avoir tué toutes les cellules infectées par le VIH. Enfin, les cellules transplantées pourraient avoir attaqué les propres cellules du receveur et ainsi avoir détruit les organismes infectés. Pour déterminer quel aspect pourrait être responsable de cette guérison, une équipe de chercheurs de l’université Emory aux Etats-Unis a mené une étude sur des singes. Ils ont retiré les cellules souches du sang de trois macaques et les ont conservées pour plus tard. Ils ont ensuite infecté ces singes ainsi que trois autres avec un virus hybride appelé VIHS (le S signifiant Simienne), un mélange du VIH et de sa version simienne. Ils ont ensuite traité les animaux avec la thérapie antirétrovirale, comme pour les humains.

prelevement-sanguin

Quelques mois plus tard, les trois singes sans cellules souches ont reçu des radiations sur tout le corps. Cela a tué la majorité de leurs cellules immunitaires, dont 99 % des globules blancs, les cibles de prédilection du VIH. Les animaux ont ensuite reçu des greffes de leur propres cellules souches et ont ensuite stoppé la thérapie antirétrovirale. Exactement comme lorsque les humains arrêtent leur traitement, le virus est revenu en force dans les trois singes non greffés et 2 de ceux qui avaient reçu la transplantation. Le dernier animal a eu un problème aux reins et a malheureusement dû être euthanasié, mais de l’ADN de VIHS a été retrouvé dans certaines de ses cellules, ce qui signifie qu’aucun singe n’a en fait été soigné.

Selon les chercheurs, cela suggère que le conditionnement (le fait de détruire le système immunitaire) n’est pas suffisant pour guérir les patients du SIDA. D’un autre côté, l’attaque des cellules hôtes par les cellules greffées pourrait avoir fonctionné en collaboration avec le conditionnement. Puisque les singes ont reçu leurs propres cellules en traitement, ce qui n’a pas provoqué de réaction d’attaque comme chez Timothy, cela pourrait être un facteur déterminant. Deux autres patients atteints du VIH et de leucémie ont reçu des greffes de donneurs qui ne possédaient pas la mutation et alors qu’au début on pensait qu’ils étaient guéris, le virus a fini par ressurgir. La transplantation a effectivement aidé à réduire le nombre de VIH dans leur corps, sans pour autant les soigner totalement.

timothy-ray-brown

Ce constat n’offre pas encore de solutions définitives mais cette découverte a eu le mérite de donner le bon angle de recherche aux scientifiques. Maintenant qu’ils savent dans quelle direction aller, nous espérons qu’ils trouveront un remède efficace contre le SIDA dans un avenir proche. Ce serait une fantastique victoire sur ce virus qui a déjà fait des millions de victimes. Pensez-vous que l’Homme sera capable de guérir toutes les maladies grâce à la Science ?

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

Le poids le plus lourd soulevé avec une barbe est de 63,80 kilos