13 125 personnes connectées

Grâce à du sang de bébé, les capacités du cerveau de vieilles souris se sont régénérées

Un groupe de chercheurs a réussi à régénérer les capacités neurologiques liées à l’apprentissage et à la mémoire de vieilles souris grâce à l’injection d’une protéine issue du sang de cordon ombilical humain. Comment cela est-il possible ? Explications.

Quel est l’objectif de cette étude ? 

En 2014, une étude avait démontré que le sang d’adolescents humains permettait de rajeunir des souris vieillissantes. Cette fois-ci, les chercheurs ont prélevé le sang de cordons ombilicaux provenant de différents bébés. Le résultat sur les souris est aussi surprenant que prometteur car l’étude démontre un rajeunissement mental de ces dernières. Suite à ces résultats, les chercheurs ont pour espoir de parvenir à guérir ou ralentir la dégénérescence neurologique du cerveau humain. « Ce qui est vraiment intéressant à propos de cette étude, et des études qui l’ont précédée, c’est que nous avons déjà saisi le potentiel de notre sang, notre plasma, et ce qu’il peut faire pour inverser les effets nocifs du vieillissement sur le cerveau. », explique Joe Castellano, responsable des recherches de la Faculté de médecine de l’Université de Stanford. Cependant, bien que les recherches aient été fructueuses sur des souris, il sera beaucoup plus complexe d’obtenir ces résultats sur l’homme.

Comment les chercheurs ont fait cette découverte ?

Afin d’obtenir un tel résultat, les chercheurs ont procédé en 3 étapes. Ils ont recueilli du sang des cordons ombilicaux des bébés, puis des jeunes de 19 à 24 ans, et enfin des personnes âgées de 61 à 82 ans. Suite à l’injection du sang du plasma de ces cordons ombilicaux, les chercheurs ont observé un changement de comportement chez les souris ayant reçu le nouveau sang. En effet, les souris ont recommencé à construire des nids, un réflexe et une capacité qui se perd souvent avec l’âge. De plus, elles ont retrouvé une bonne mémoire car elles se souvenaient beaucoup mieux de la sortie d’un labyrinthe. Toutes ses nouvelles améliorations et ce brusque rajeunissement mental se produisent au niveau cellulaire. Les chercheurs ont observé une activité accrue dans l’hippocampe, partie du cerveau responsable de la mémoire et de l’apprentissage qui se détériore avec l’âge.

En revanche, les résultats sont différents avec le sang des personnes ayant de 19 à 24 ans et celles ayant entre 61 et 82 ans. Avec le sang des jeunes adultes, les souris ont montré les mêmes résultats mais à une échelle beaucoup moins élevée. Quant au sang issu des personnes âgées, aucune amélioration notable.

Quelles sont les conclusions à tirer de cette étude ?

L’étude fait suite à une série de publications qui explique qu’un élément dans le sang humain permet un « rajeunissement » et qu’il disparait progressivement au fur et à mesure de notre vieillissement. D’après les scientifiques, cet ingrédient pourrait être une protéine nommée TIMP2, qui est présente en grande quantité dans le sang des cordons ombilicaux. Malheureusement les chercheurs ne savent toujours pas de quelle façon cette protéine stimule le cerveau et l’étude fait face aux chercheurs sceptiques quant aux risques encourus par l’injection du sang dans d’autres organismes car il existe un risque que le plasma du sang de cordon ombilical puisse permettre le développement d’un cancer chez les personnes âgées. Aujourd’hui même, des essais cliniques sont en cours afin de tester les effets du sang de personnes âgées de moins de 30 ans sur des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Les scientifiques seront peut-être capables d’obtenir le même résultat chez l’Homme.

L’épinard n’est pas riche en fer. Désolé Popeye.

— @DailyGeekShow