12 995 personnes connectées

Light novel à la croisée des genres, découvrez Full Metal Panic et ses multiples adaptations

Que feriez-vous si vous deviez vivre sous la menace permanente de dangereux mechas tout en étant constamment surveillé par un étrange élève ? C’est pourtant ce que vit sans le savoir Chidori, l’héroïne de Full Metal Panic. Ce manga sorti dans les années 2000 et qui n’a rien à voir avec Full Metal Alchemist vous transporte dans un univers futuriste où une guerre technologique se déroule secrètement pendant que vous allez au lycée. Retour sur cette oeuvre culte entre action et comédie. 

Retournons ensemble dans le passé, et plus précisément en 2001, dans un monde presque identique au nôtre. Presque car dans l’univers de Full Metal Panic, les armes les plus puissantes à la disposition des hommes sont des mechas aux pouvoirs qui dépassent l’imagination. Tirant leurs capacités de la Black Technology (une sorte de magie noire), ces armes sont utilisées à des fins malveillantes : braquages, terrorisme… C’est pour lutter contre ces menaces que le groupe d’élite Mithril a été créé, comptant dans ses rangs les meilleurs soldats et pilotes. Parmi eux se trouve un homme brillant, Sagara Sousuke.

full-metal-panic-manga

Soldat d’élite de 17 ans, il va se voir confier une mission de taille : assurer la protection de Kamane Chidori, une lycéenne à l’allure ordinaire. Le jeune homme va donc devoir jouer les élèves et veiller à ce qu’il n’arrive rien à Chidori. Car la jeune fille l’ignore mais elle cache en elle une chose que convoitent les esprits les plus malveillants. Sousuke doit donc tout faire (avec discrétion) pour que le potentiel de Chidori ne tombe pas dans de mauvaises mains. Seul souci : le jeune homme ne sait rien de la vie en société. Il va devoir s’acclimater à cette nouvelle vie mais aussi au caractère de sa cible qui est loin d’être docile !

Si le nom de l’œuvre vous parle, c’est que vous avez sans doute lu un tome du manga ou vu un épisode de l’anime. Cependant, Full Metal Panic est avant tout un light novel en 23 tomes publiés entre 1998 et 2011 imaginé par l’auteur Shoji Gato. Il a été adapté par la suite en manga grâce au trait de Retsu Tateo à partir de 2000. Le manga compte plusieurs spin-offs et séries annexes mais c’est cependant la version animée qui est la plus connue.

Fort de son succès, Full Metal Panic a droit à une version animée dès 2002. La réalisation est d’ailleurs coproduite par Kyoto Animation, studio derrière des animes comme La Mélancolie de Haruhi Suzumiya ou Free. L’anime compte 3 saisons : la première éponyme de 24 épisodes, Full Metal Panic Fumoffu (plus orientée School Life) comptant 12 épisodes et The Second Raid s’étalant sur 13 épisodes.

Surprenante au premier abord, Full Metal Panic est une oeuvre étrange car elle jongle entre deux univers que tout oppose : le School Life et la science-fiction. Les deux thèmes ont déjà été réunis dans d’autres œuvres mais Full Metal Panic parvient à les lier grâce à trois éléments étonnants : l’humour, le sérieux et la romance. L’ensemble donne un cocktail explosif où l’on rit souvent au détriment de Sousuke mais où l’on peut également être étonné par un scénario profond.

full-metal-panic-heros

Si les dangers d’une technologie trop avancée sont l’un des thèmes récurrents de la série, Full Metal Panic parle avant tout d’inadaptation. Chidori est trop têtue malgré son côté populaire, Sousuke est trop méfiant pour la vie en société et même Tessa, supérieure hiérarchique de Sousuke, est parfois trop naïve et immature pour gérer ses hommes et un sous-marin. Avec ces personnages très classiques mais attachants, on est emporté presque instantanément dans l’histoire. D’autant plus que celle-ci est assez spéciale.

Plus on avance dans l’histoire et plus celle-ci peut paraître difficile à suivre, surtout dans la première saison de l’anime car le background est assez poussé. Passés les 10 premiers épisodes, l’histoire entame un virage à 180° qui risque d’en étonner plus d’un. Délaissant progressivement l’humour pour les combats de mechas et la guerre, Full Metal Panic en devient presque trop sérieux une fois que l’on s’est habitué à l’humour grotesque de la série. Cependant, celui-ci revient en force sur la fin pour nous offrir un moment à la hauteur de la série : loufoque mais satisfaisant.

full-metal-panic-mecha

 

Full Metal Panic est une oeuvre à part qui parvient à mélanger tout ce que nous aimons pour créer une histoire. Entre des mechas, une guerre technologique, des situations rocambolesques et un peu de romance, le manga comme l’anime ont de quoi combler les fans de tous horizons. L’humour est cependant la véritable force de la série, et celle-ci arrive souvent à nous prendre au dépourvu avant de nous replonger dans le sérieux de l’histoire même si elle est parfois difficile à suivre. Une histoire classique mais explosive que nous vous conseillons de découvrir.

500 millions de tweets sont envoyés chaque jour.

— Twitter