12 244 personnes connectées

Durant 3 minutes, ces familles ont pu s’enlacer grâce à l’ouverture de la frontière américano-mexicaine

ouverture-frontiere-bnhr-une-3

Pendant 3 minutes, rien n’a séparé les Mexicains des Américains. A l’initiative du réseau frontalier pour les droits de l’Homme, la frontière a été ouverte pour permettre aux habitants des deux pays de revoir les membres de leurs familles. Une initiative aussi remarquable qu’engagée. 

La frontière qui sépare le Mexique des États-Unis représente, tout d’abord, la barrière qui sépare certains du rêve américain. Mais pour beaucoup, elle symbolise une séparation avec un être cher qui est allé tenté sa chance dans le pays voisin. Les statistiques de l’IOM affirment d’ailleurs que près d’un million de Mexicains qui passent la frontière pour vivre aux États-Unis. Autant de personnes qui ne peuvent revoir leur famille et contre lequel une organisation a décidé de lutter en ouvrant les frontières pendant quelques minutes.

Le Border Network for Human Rights (que l’on peut traduire par le réseau frontalier pour les droits de l’Homme) a souhaité, pour quelques heures, réunir toutes les familles séparées par la frontière via l’opération #HugsNotWalls. Pour la deuxième année, les membres de l’organisation, en accord avec les autorités frontalières, ont offert à des milliers de personnes l’occasion de voir leurs proches pendant 3 minutes.

L’édition 2016 de #HugsNotWalls s’est tenue, le 29 octobre dernier, près du Rio Bravo, ce fleuve mythique qui fait également office de frontière naturelle entre le Mexique et les États-Unis. Pendant 3 minutes, les Mexicains reconnaissables à leurs t-shirts blancs ont pu serrer dans leurs bras les membres de leur famille vivant aux États-Unis et qui portaient des t-shirts bleus. Une belle action qui a beaucoup fait parler d’elle sur les réseaux sociaux.

A travers l’opération #HugsNotWalls, le Border Network for Human Rights permet à la fois de réunir les familles mais surtout de protester contre les lois migratoires ainsi que d’aider les plus pauvres résidant près de la frontière. Si l’initiative peut être saluée, elle ne sera plus réalisable si Donald Trump devient le nouveau président des Etats-Unis. Rendez-vous donc dans quelques jours pour savoir si l’opération pourra être reconduite l’année prochaine.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux