12 647 personnes connectées

En coulant du béton dans une fourmilière désertée, des scientifiques ont mis en évidence son incroyable complexité

fourmi-une

Les fourmis sont des insectes sociaux et travailleurs dont les colonies peuvent atteindre plusieurs millions d’individus. Bien qu’une fourmilière puisse paraître assez modeste vue de l’extérieur, elle dissimule un extraordinaire réseau de galeries souterraines. DGS vous explique comment des scientifiques sont parvenus à mettre à jour cette architecture colossale.

L’équipe du scientifique Luis Forgi a travaillé plusieurs mois pour réaliser cette excavation inédite. Tout d’abord, il a fallu injecter 10 tonnes de ciment dans une fourmilière abandonnée. Ensuite, d’abord aidés par une pelleteuse, les chercheurs ont dû creuser pendant des semaines et sortir des tonnes de terre pour excaver la mégalopole secrète des fourmis. Ils ont découvert un formidable réseau de galeries organisé avec des voies principales et des voies secondaires pouvant mener vers des cultures souterraines de champignons ou des fosses à ordures. Au final, cette structure titanesque recouvrait 50 mètres carrés et s’enfonçait jusqu’à 8 mètres de profondeur.

excavation-fourmiliere-capture-01

excavation-fourmiliere-capture-02

excavation-fourmiliere-capture-03

excavation-fourmiliere-capture-04

excavation-fourmiliere-capture-05

excavation-fourmiliere-capture-06

excavation-fourmiliere-capture-07

excavation-fourmiliere-capture-08

excavation-fourmiliere-capture-09

excavation-fourmiliere-capture-10

excavation-fourmiliere-capture-11

excavation-fourmiliere-capture-12

A l’échelle humaine, une telle construction demanderait autant de labeur que celle de la Grande Muraille de Chine ! Au bureau, on est stupéfaits de ce que ces petites fourmis sont capables de construire et on salue le travail des scientifiques qui ont réussi à mettre à jour cette mégalopole secrète. Et vous, pensez-vous que nous devrions nous inspirer du génie de la nature pour réaliser nos constructions ?

Ces articles vont vous plaire

— @UNICEF_france

Dans le monde, plus de 30 000 000 de filles en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisées.