12 223 personnes connectées

Armez-vous de l’épée légendaire pour percer les mystères de Fire Emblem, ces jeux cultes des années 90

Incontournable pour les amateurs de RPG, Fire Emblem est un des jeux les plus anciens de Nintendo mais aussi l’un des plus méconnus. Portée par des héros comme Ike, Marth ou Darean, la saga fait les beaux jours de nos consoles portables mais aussi des différents Super Smash Bros. Et pour cause : elle est à l’origine d’un style de jeu, rien que ça ! Retour sur cette licence culte qui a bien failli ne jamais arriver en France.

 

Fire Emblem existe depuis 1990 au Japon, où la saga a fait ses débuts sur Famicom en 1990 avec le jeu Fire Emblem : Ankoku Ryu to Hikari no Tsurugi, que l’on peut traduire par Le dragon noir et l’épée de lumière. Depuis le premier jeu, chacune des consoles de Nintendo a eu droit à son épisode voire plusieurs, hormis la Game Boy, la Game Boy Color et la Nintendo 64.

fire_emblem_heros

Très populaire au Japon notamment grâce à son scénario poussé et à son gameplay novateur, la série n’intéresse pas le marché européen à ses débuts. Et ce même si tous les jeux de la licence ont été développés par Intelligent Systems, studio derrière les jeux Metroid, Paper Mario ou encore Advance Wars. Trop novatrice pour l’époque ou trop éloignée des envies des consommateurs, la série reste longtemps exclusive aux marchés japonais et américains. Il va falloir attendre près de 15 ans avant de découvrir la saga dans nos contrées, grâce à un autre jeu que vous connaissez bien.

En France, la première apparition de Fire Emblem a lieu dans Super Smash Bros. Melee en 2002. Le jeu a servi d’introduction aux personnages de Marth et Roy, fiers combattants à l’épée et capes au vent, héros du premier et du 7e jeu de la série. Au vu de l’intérêt des fans pour ces personnages totalement méconnus, la firme commercialise deux ans plus tard Fire Emblem sur Game Boy Advance (épisode dont Roy est le personnage principal). Une sortie rapidement suivie par The Sacred Stones en 2005, toujours sur Game Boy Advance. Mais c’est véritablement Path of Radiance, l’épisode GameCube sorti fin 2005 qui fera connaitre la saga au plus grand nombre. Tous les autres opus qui ont suivi sont sortis en Europe : Radiant Dawn sur Wii, Shadow Dragon sur DS (remake du premier jeu), Awakening et Fire Emblem Fates sur 3DS.

fire_emblem_6-screenshot

Si Fire Emblem est devenu un incontournable, c’est car il est le père des tactical RPG, ce style de jeu aux allures de jeu d’échecs alternant stratégie au tour par tour et jeu de rôle. Révolutionnaire à la sortie du premier jeu, le gameplay de chaque opus repose sur un système en 2 phases. La première est la phase de déplacement sur une carte en vue de dessus via un système de cases. Le joueur peut déterminer là où doit se rendre chacune de ses unités et décider qui elle doit combattre.

Puis vient la phase de combat, où les capacités et le niveau de chaque allié déterminent le gagnant du combat en quelques coups seulement. Mais la vraie caractéristique de Fire Emblem vient d’une règle : une unité perdue au combat ne pourra plus jamais être réutilisée dans le jeu. Le joueur doit donc bien réfléchir avant de commencer un combat, au risque de perdre à jamais une unité si le danger est trop élevé.

fire_emblem_awakening_screenshot

Mais le jeu est aussi un vrai RPG où le gain d’expérience, la variété des classes et où la possibilité de recruter de nouveaux alliés viennent rendre unique chaque partie. Et comme dans tout bon RPG, Fire Emblem possède un univers très riche. Sa mythologie est particulièrement poussée, notamment grâce aux 2 artefacts stars de la licence : le bouclier Fire Emblem (qui donne son nom au jeu) et l’épée Falchion.

Chaque épisode est l’occasion pour les joueurs de suivre l’histoire d’un héros charismatique, parfois descendant d’un ancien protagoniste, qui devra utiliser ces artefacts pour triompher du mal. Un background que l’on retrouve chez chaque personnage, notamment dans les opus où il est possible de créer des couples pour donner naissance à de nouveaux alliés. Enfin, la série brille par ses illustrations, toujours très travaillées et empreintes de ce côté heroic fantasy qui nous transporte immédiatement dans un nouvel univers.

fire_emblem_fates

 

Entre jeu de rôle et jeu de stratégie au tour par tour, Fire Emblem a su révolutionner le RPG en offrant une nouvelle dimension aux combats et en les rendant moins longs. Son univers riche aussi bien graphiquement qu’historiquement et sa longévité n’ont rien à envier aux grands noms du genre. Même si la licence n’est arrivée qu’assez tard en France, elle fait de plus en plus d’adeptes au fil des épisodes, preuve que l’épée et le bouclier légendaire n’ont pas fini de combattre le mal !