13 022 personnes connectées

Cette étude démontre que les nourrissons dont la mère travaille réussissent mieux dans leur vie professionnelle

une-femme-emploi Les femmes qui ont un emploi favorisent l'avenir de leurs enfants via Shutterstock

Retourner au travail après avoir eu un enfant est souvent une décision difficile pour les mères. Pourtant, une étude a constaté que poursuivre ses activités professionnelles pendant la jeunesse de son enfant pouvait avoir des avantages importants concernant l’avenir de celui-ci. SooCurious vous en dit plus sur cette étude étonnante.

L’étude, qui porte sur les mères exerçant un métier, affirme qu’une femme qui travaillerait favoriserait la situation de sa fille une fois adulte. De la même manière, les garçons, dont la mère serait retournée travailler après l’accouchement, seraient plus bienveillants une fois devenus adultes.

Dirigée par des chercheurs de la Harvard Business School, l’étude a porté sur l’analyse de données du Family and Changing Gender Roles. L’enquête couvre 24 pays d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud, d’Océanie, d’Asie et du Moyen-Orient.

femmes-emploi-filles
Les filles dont la mère travaille ont souvent une meilleure carrière via Shutterstock

Selon les chercheurs, les filles de « working mums » travaillent plus d’heures une fois adultes, sont mieux rémunérées et sont plus susceptibles d’accéder à des postes à responsabilités. Du côté des garçons, ces derniers dont la mère travaille, seraient beaucoup plus bienveillants, en prenant davantage soin de leur famille, en s’occupant de l’éducation de leurs enfants notamment. « Le profil des résultats offre un support solide pour notre thèse selon laquelle les mères employées présentent un modèle non traditionnel pour les enfants », explique un membre de l’étude.

L’étude ajoute que, en donnant un modèle non traditionnel, les mères employées apportent une vision plus égalitaire des sexes et sur ce qui est « bon » et « normal » pour les femmes et les hommes. « Nos résultats présentent un vrai potentiel pour mettre fin aux inégalités liées au sexe dans les foyers et sur le marché du travail », ajoute l’étude. En effet, des enfants dont la mère travaille seraient plus épanouis et auraient une meilleure image d’eux-mêmes. Autrement dit, il s’agirait d’un modèle qui influencerait les enfants de manière positive.

femmes-emploi-garcon
Les garçons dont la mère travaille sont plus impliqués auprès de leurs proches via Shutterstock

De récentes recherches ont révélé que seulement une femme sur dix reste à la maison pour élever ses enfants. Ces chiffres montrent que la proportion de femmes qui restent chez elles pour leurs bambins ne cesse de baisser. Elle aurait diminué de plus d’un tiers au cours des deux dernières décennies. En revanche, il n’y a pas de mouvement de compensation qui se traduirait par davantage d’hommes choisissant de rester chez eux pour leurs enfants. Seulement un peu plus d’un homme sur cent s’occuperait de ses enfants à plein temps.

Cependant, ces chiffres ne prennent pas en compte le chômage. En d’autres termes, une femme qui expliquerait que son occupation principale est de s’occuper de sa famille ne donnerait aucune indication sur sa vie professionnelle. Il peut s’agir d’un choix. Mais cela peut aussi être dû au fait que l’individu en question ne trouve pas d’emploi, ce qui s’apparenterait bien sûr à une situation contrainte.

Cette étude est étonnante et, selon les chercheurs, porteuse d’espoir. En effet, les enfants dont la mère travaille seraient plus enclins à avoir une vision égalitaire des sexes. D’ailleurs, en analysant les chiffres, on constate que de plus en plus de femmes font le choix de reprendre leur activité professionnelle après avoir donné naissance à un enfant. Pensez-vous que les pères et mères de famille doivent reprendre le travail après avoir eu un enfant ou doivent-ils s’accorder un répit pour assurer l’éducation de leurs bambins ?

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

Chaque jour, il se vend 548 Rubik’s cube en France, soit 200 000 Rubik’s cube vendus chaque année.