12 452 personnes connectées

7 cas de figure où votre cerveau vous joue des tours

Sans qu’on en comprenne la raison, certaines choses étranges ou agaçantes nous arrivent quotidiennement, et ce, de manière répétitive. SooCurious vous présente 7 de ces phénomènes et leurs explications.

Oublier la raison d’un déplacement vers une pièce

Des pièces d'un appartement via Shutterstock
Des pièces d’un appartement via Shutterstock

Les seuils des pièces sont considérés comme des « frontières d’évènements » et l’Homme organise ses souvenirs en fonction de l’endroit où il les a enregistrés. Une étude a ainsi constaté que cela s’étend même à la réalité virtuelle. Ainsi, des participants ont souvent oublié les objets qu’ils transportaient dans un sac lorsqu’ils entraient dans une nouvelle salle, et ce, lors de déplacements réels ou lors de déplacements dans des salles virtuelles au cours d’une simulation par ordinateur.

 

La rêverie

Un homme se laisse aller à la rêverie via Shutterstock
Un homme se laisse aller à la rêverie via Shutterstock

Même si elle nuit à la productivité, la rêverie serait en réalité nécessaire à la créativité, comme le montre une étude datant de 2012. Les participants devaient remplir un questionnaire où ils imaginaient des utilisations inhabituelles pour un objet, avant d’être repartis en quatre groupes, l’un remplissant une tâche facile, un autre s’acquittant d’une tâche exigeante, un autre encore se reposant et le dernier ne prenant aucune pause.
Puis, les participants des différents groupes devaient remplir un questionnaire à nouveau. Etonnamment, le premier groupe, qui s’était acquitté d’une mission simple et avait pu laisser son esprit vaquer à la rêverie, s’est montré plus performant la deuxième fois, montrant que la bonne quantité de distraction permet au cerveau de bien fonctionner.

 

Avoir un mot sur le bout de la langue

Un homme a oublié un mot via Shutterstock
Un homme a oublié un mot via Shutterstock

Même si les scientifiques ne sont pas certains du processus exact qui se produit lorsqu’un individu ne peut pas se rappeler d’un mot, plusieurs théories tentent tout de même d’expliquer le phénomène et se distinguent en deux catégories : la vue d’accès direct et la vue déductive.

La vue d’accès direct suggère que le phénomène d’oubli du mot se produit à cause de la faiblesse des connections mémorielles, bloquant le mot attendu au profit d’autres qui lui ressemblent. La vue déductive, quant à elle, explique que plus les indices se multiplient, plus l’individu a tendance à creuser un trou dans sa mémoire ce qui l’empêchera de trouver le mot désiré.

 

Halluciner en trouvant le sommeil et se réveiller

Un homme est réveillé via Shutterstock
Un homme est réveillé via Shutterstock

Au cours de l’état hypnagogique, soit la période de transition entre l’éveil et le sommeil, le cerveau présente quelques effets du sommeil paradoxal, le stade de sommeil profond où le cerveau devient actif. Une étude de 2007 a mesuré l’activité des ondes cérébrales avec un électroencéphalogramme pendant la transition veille-sommeil et a constaté que les ondes cérébrales dans cette phase d’endormissement étaient semblables à celles de l’activité du cerveau en sommeil paradoxal.

 

La procrastination

Un home procrastine via Shutterstock
Un homme procrastine via Shutterstock

Une recherche menée par Gloria Mark, de l’université de Californie, à Irvine, a constaté qu’une fois qu’un individu est distrait d’une tâche, cela peut lui prendre jusqu’à 25 minutes en moyenne pour revenir à sa mission initiale. La recherche montre également que lorsqu’un procrastinateur est distrait dans sa tâche subsidiaire, il achève plus rapidement son ouvrage principal et sans perte de qualité, même si cela se fait au prix d’un effort, d’un stress plus élevé.

 

La satiété sémantique

Des lettres via Shutterstock
Des lettres via Shutterstock

La satiété sémantique correspond à la perte de sens d’un mot et est une inhibition réactive, ce phénomène qui fait qu’un individu s’adapte à un stimulus lorsque celui-ci se produit de manière répétée. Leon James, psychologue de l’université d’Hawaii, a passé plusieurs années à étudier cet effet et explique que « quand une cellule s’active, cela lui prend plus d’énergie pour la deuxième fois, et encore davantage pour la troisième fois, et la quatrième, elle ne sera pas en mesure de répondre avant quelques secondes ».

Certains mots cependant conservent leur sens pendant plus longtemps en raison des émotions qu’on leur accorde.

 

Les pensées intrusives

Une femme est gagnée de pensées intrusives via Shutterstock
Une femme est gagnée de pensées intrusives via Shutterstock

Se produisant de temps à autre, les pensées intrusives se manifestent par des images inquiétantes, comme celle de subitement pousser une tierce personne sous un bus. Mais la recherche a montré que ces obscures visions pouvaient être de l’instinct de survie mal interprété. Et bien qu’elles ne résultent pas réellement d’une volonté de réaliser les scénarios imaginés, ces pensées peuvent conduire à des comportements associés à un trouble obsessionnel compulsif.

Tous ces comportements qui se produisent au quotidien peuvent trouver une explication neurologique, physiologique ou encore physique et symbolisent toute la complexité de l’esprit humain. Si le fonctionnement de l’Homme vous passionne, découvrez également pourquoi l’on tombe amoureux.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux