13 384 personnes connectées

Une nouvelle étude alarmante le démontre : le braconnage des éléphants est en hausse

UNE-elephant-braconnage

Depuis quelques années, le braconnage des éléphants, tués pour leurs défenses, s’est fortement intensifié. Selon une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of science of the USA, 90% de l’ivoire illégal saisi par les autorités proviennent du braconnage de pachydermes qui date de moins de 3 ans. D’après de nombreux protecteurs de l’environnement, on assiste au génocide de l’éléphant.

L’étude est basée sur la datation des défenses d’éléphants tués. L’équipe qui s’en est chargée a analysé 231 spécimens, et a ainsi pu déterminer qu’ils avaient été tués entre 2002 et 2014. Une preuve de la hausse du braconnage puisque le commerce international d’ivoire.

© Pixels - Éléphants
© Pixels

Les chercheurs ont pu déterminer une datation précise de la mort des éléphants et de leurs âges grâce au carbone 14. En effet, dans les années 50 à 60, des tests nucléaires ont été réalisés en Afrique. Les explosions ont répandu du carbone radioactif en grande quantité sur la végétation, qui s’est ensuite retrouvée dans les tissus de l’éléphant comme l’ivoire. C’est grâce aux isotopes contenus dans le carbone 14 que les chercheurs ont réussi à déterminer la date exacte de la mort de ces animaux.

Grâce à cette découverte, on a pu constater que les 231 spécimens d’éléphants ont été tués récemment et ne proviennent pas des stocks gouvernementaux. Ces pachydermes ont donc été tués illégalement par les braconneurs. Ces trafiquants ont massacré près de 30% des éléphants de la savane africaine entre 2007 et 2014, c’est-à-dire un peu plus de 144 000 animaux. À l’heure d’aujourd’hui, on compte à peu près 350 000 éléphants vivant dans 18 pays de l’Afrique sub-saharienne.

© Pixabay - Braconnage
© Pixabay – Braconnage

D’après Elizabeth Bennett, une responsable de l’ONG Wildlife Conservation Society, le fait que l’ivoire ne provienne pas de stocks gouvernementaux mais du braconnage va permettre de mieux opérer pour défendre des éléphants de la savane.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux