13 849 personnes connectées

Extinction de masse : les animaux qu’on ne pensait pas menacés sont aussi en train de disparaître

Selon une nouvelle étude signée par trois éminents scientifiques, non seulement nous devons faire face à de nombreuses extinctions d’espèces animales, mais même parmi les espèces qui ne semblent pas menacées, nous assisterions à des disparitions massives de populations. Un constat inquiétant qui vient souligner que nous sommes déjà entrés dans la sixième extinction de masse, une extinction causée cette fois directement par l’action humaine. Pire, il nous resterait seulement entre 20 à 30 ans pour éviter une destruction globale de notre écosystème.

UNE NOUVELLE APPROCHE DU MONDE ANIMAL

Quand on pense à la disparition d’animaux, on a bien souvent tendance à se focaliser sur les espèces dites menacées ou en voie d’extinction. Pourtant, une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) propose un nouveau regard sur le danger pesant sur le monde animal. Ses auteurs, Gerardo Ceballos de l’Université Nationale Autonome du Mexique, Paul Ehrlich auteur du best-seller La Bombe P, et Rodolfo Dirzo de l’Université de Stanford, ont décidé de s’intéresser aussi aux espèces qui ne semblent pas spécialement inquiétées par une éventuelle disparition.

Il resterait moins de 7000 guépards dans le monde

PLUS DE LA MOITIÉ DES ANIMAUX AURAIT DÉJÀ DISPARU

Le constat qu’ils dressent se veut des plus alarmants. Pour ces scientifiques, il ne faut pas considérer le seul cas des espèces menacées d’extinction. « Cette vision néglige les tendances actuelles de déclin des populations et d’extinctions ». En effet, s’il existe de nombreuses espèces qui disparaissent, même les animaux qui ne sont pas en danger verraient leur population se réduire. Se basant sur un échantillon global de 27 600 espèces vertébrées dont 177 mammifères, les auteurs ont ainsi pu constater non seulement une réduction des populations, mais aussi des territoires occupés par ces espèces, y compris chez les espèces dites de préoccupation mineure.

Chez les mammifères étudiés, on compte ainsi jusqu’à 80 % de déclin de la population et 40 % de diminution de l’aire géographique. Aujourd’hui, ce sont 32 % des espèces de vertébrés qui sont en déclin et, selon le rapport « Planète vivante » publié en octobre dernier par le Fonds mondial pour la nature, leurs populations auraient chuté de 58 % entre 1970 et 2012. Pire, selon les auteurs de l’étude publiée dans PNAS, plus de la moitié des animaux qui ont un jour partagé la planète avec l’humanité auraient aujourd’hui disparu. Et si ces diminutions de populations touchent des espèces dites non menacées, comme le soulignent les auteurs « les extinctions de population sont un prélude à l’extinction des espèces ». Ce serait d’ailleurs 30 % des espèces en déclin qui sont pourtant considérées actuellement comme communes.

Depuis 1993 la population des lions a chuté de 43 %

L’HOMME PREMIER RESPONSABLE ?

Si l’extinction d’espèces est un phénomène naturel, ce qui inquiète avant tout les scientifiques c’est la vitesse à laquelle elle progresse. Selon une étude publiée en 2014 dans la revue Science, les taux actuels d’extinction seraient mille fois supérieurs du « bruit de fond » des extinctions normales, celles qui se produiraient naturellement en l’absence de l’Homme. L’Homme serait justement le premier responsable de cette inquiétante situation.

Ce que révèle l’étude publiées dans PNAS, c’est que les actions humaines causent directement la perte des territoires et des espèces qui y vivent. Agriculture, routes, pollution, chasse, etc., autant d’actions qui représentent une réelle menace pour la biodiversité. Les auteurs soulignent aussi que « la surpopulation humaine et sa croissance continue, ainsi que la surconsommation, particulièrement par les riches », représentent des causes immédiates de destruction.

Le nombre d’orangs-outangs de Bornéo a chuté de 25 % en seulement 10 ans

LA PROCHAINE EXTINCTION DE MASSE A DÉJÀ DÉBUTÉ

La journaliste Elizabeth Kolbert avait parlé de « sixième extinction » pour désigner la réduction de la biodiversité due à l’action humaine. Un terme qui fait référence aux précédentes extinctions massives que notre Terre a connu et qui, à l’image de la dernière en date (celle qui a provoqué la disparition des dinosaures), ont vu jusqu’à 90 % des espèces animales et végétales disparaitre. Nous serions donc déjà dans un processus d’extinction massive équivalant. Un processus qui serait surtout encore plus rapide que ce qu’on imaginait, et qui viendrait donc menacer l’ensemble de notre environnement.

En effet, si l’étude publiée dans PNAS se veut des plus alarmantes, elle n’est que la partie visible de l’iceberg. Ses auteurs se sont intéressés à un panel composé uniquement d’espèces vertébrées mais selon l’International Union for Conservation of Nature, 42 % des espèces invertébrées terrestres et 25 % de celles des invertébrées marins sont aussi menacées d’extinction. Et ces extinctions ne concernent pas seulement les animaux. Le monde végétal est lui aussi déjà en danger et voit de nombreuses variétés de plantes, arbres ou fleurs disparaitre. Pour les auteurs de l’étude, il s’agit bien d’une « érosion anthropogénique massive de la biodiversité et des écosystèmes essentiels à la civilisation ».

Si la disparition des dinosaures aurait été causée par une météorite, nous sommes directement responsables de la nouvelle extinction massive

 

SEULEMENT 20 ANS POUR AGIR ?

Pour les scientifiques, « nous ne disposons que d’une petite fenêtre pour agir, deux ou trois décennies ». Gerardo Ceballos rappelle que « l’érosion des espèces entraîne de graves conséquences en cascades sur l’ensemble des écosystèmes, ainsi que des impacts économiques et sociaux pour l’humain ». Le laps de temps pour essayer de stopper cette extinction massive de notre biodiversité est donc extrêmement court. Les experts appellent donc à une prise de conscience immédiate et à des actions comme la réduction de la consommation humaine, ou encore l’utilisation de technologies moins destructrices pour l’environnement, ce qui permettrait d’endiguer ce processus destructeur.

Reste maintenant à savoir si l’opinion publique et nos dirigeants vont saisir la gravité de la situation. Certains craignent déjà de voir, à l’image de la question du réchauffement climatique, des sceptiques qui nieraient l’impact de l’homme dans cette extinction massive. Mais comme le souligne le géologue Mark Williams de l’Université de Leicester : « nous devons reconnaître que nous avons un impact qui change la donne sur cette planète, que nous sommes tous responsables et que nous devons être les intendants de la nature (étant une partie de celle-ci), plutôt que nous comporter comme des enfants saccageant un magasin de bonbons. »

Plus que les animaux, c’est l’ensemble de la biodiversité de notre planète qui est en danger

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux