13 135 personnes connectées

Des zombies agressifs aux rats géants, retour sur les ennemis que vous croisez le plus dans les jeux vidéo

Certaines aventures vidéoludiques n’en finissent pas de nous surprendre avec des ennemis originaux et uniques. Mais si vous êtes un joueur aguerri, vous vous êtes déjà certainement fait la réflexion suivante devant un jeu : encore une fois, vous allez devoir combattre une créature que vous avez déjà tuée des milliers de fois dans d’autres jeux. SooGeek passe en revue les adversaires les plus stéréotypés du jeu vidéo.

 

Rats

jv-ecule-rats

Vous avez sûrement remarqué ça si vous aimez les jeux d’aventure, mais les héros adorent se retrouver dans des égouts. Que ce soit pour passer inaperçu dans une grande ville, infiltrer un palais par les souterrains ou s’échapper de quelque part, vous allez y passer et devoir vous frayer un chemin à travers les hordes de rats qui naviguent dans les eaux fétides du lieu. Ils se baladant souvent en groupe et si possible, vous empoisonnent à chaque attaque. Sans être impressionnants, les rats sont parmi les ennemis les plus frustrants à combattre !

 

Nazis

jv-ecule-nazi

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les nazis sont devenus la nouvelle représentation du mal et de ce que l’Homme peut faire de pire. Rien d’étonnant à ce qu’ils soient les méchants « types », surtout lorsque l’on considère l’énorme quantité de jeux qui se déroulent durant la guerre. Haïssables au possible, les joueurs n’éprouvent aucun remords à tuer des vagues entières d’êtres humains tant qu’il s’agit de nazis. Cela dit, après des dizaines de jeux à se faire tuer, les nazis laissent depuis quelques années la place aux terroristes.

 

Squelettes

jv-ecule-squelette

Il est difficile de penser à un jeu d’aventure sans squelettes ! Ils utilisent souvent des armes rouillées aussi vieilles que leurs os ou bien ils défendent le tombeau que vous essayez d’explorer avec des incantations et autres malédictions. La plupart du temps, ce sont des squelettes humains, mais les jeux parviennent tout de même à mettre un tant soit peu de variété dans le stéréotype en incluant des squelettes de monstres, animaux, dinosaures et autres démons.

 

Araignées

jv-ecule-araignee

L’araignée est la forme de vie qui provoque le plus de peur parmi les humains. Donc logiquement, les développeurs de jeux s’amusent à en coller partout ! Il y a quelque chose de très perturbant à voir ces huit pattes s’articuler pour se déplacer à toute vitesse. Et ce n’est pas comme si leurs mandibules donnaient envie non plus. Le problème est souvent exacerbé dans les jeux où les araignées prennent des tailles gigantesques et forcent le héros à devoir explorer leurs cachettes remplies de leurs bébés…

 

Robots

jv-ecule-robot

La terreur que projettent les robots est fascinante, car lorsque ces derniers sont fabriqués sous forme humanoïde, ils nous renvoient une image très déconcertante de nous-mêmes. Une version à la forme identique, mais au fond sans émotion. Dans ces scénarios catastrophe, un pragmatisme dès plus logiques remplace l’empathie, la compassion et l’altruisme. Lorsqu’ils ne correspondent pas à ce schéma, ils sont bien souvent très imposants et quasiment indestructibles. Dans les deux cas, notre conscience ne nous en voudra pas pour en détruire par paquets de dix !

 

Zombies

jv-ecule-zombie

Les fameux zombies ! Les films ont déjà eu le même problème après des décennies entières à épuiser le genre. Bien sûr, les jeux vidéo ont repris le phénomène, et après tout, on comprend pourquoi : il n’y a rien de mieux que d’exploser la tête d’un zombie avec un coup de fusil à pompe. La plupart du temps, le joueur tombe dans l’un de ces deux scénarios : soit vous êtes seul, poursuivi par quelques zombies dans une ambiance angoissante, soit vous devez vous échapper non pas en évitant les zombies, mais en les massacrant par centaines. Notez aussi que le zombie ne se limite pas à l’humain, mais peut s’accoupler avec presque toutes les catégories vues précédemment !

 

Orques

jv-ecule-orque

Ah, la vie est difficile pour les orques ! De par leur nature, ils sont l’ennemi numéro un de tout aventurier qui se respecte. Inspirés des gobelins, ils sont d’abord connus pour proliférer en Terre du Milieu dans l’oeuvre de Tolkien. Depuis, ils sont dans tous les jeux de rôle, en commençant par Donjons et Dragons. Naturellement, tous les RPG ont suivi la tradition. On les trouve dans les cavernes, les plaines et les vieilles structures, mais dans tous les cas, il va falloir les tuer. Résultat ? On ne comprend toujours pas comment l’espèce peut encore survivre après les holocaustes qu’ils ont subis de la main de tous les aventuriers virtuels de la planète.

 

Il y a quelque chose d’éternel dans ces créatures. Pour des raisons différentes, on aime toujours les affronter et les massacrer ! Il arrive cependant un moment où les joueurs sont las de rencontrer sans cesse les mêmes monstres. Ils font partie d’une certaine mythologie du jeu vidéo, et encore plus du jeu d’aventure, mais attention à ne pas rendre la tradition redondante et d’entraver le plaisir de jeu. Quel est l’ennemi de jeu vidéo que vous ne voulez plus combattre ?

Par , le 15 septembre 2015

Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre

— Marie Curie