12 736 personnes connectées

5 destins incroyables d’enfants élevés par des animaux

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il existe à travers le monde une poignée d’enfants qui ont été élevés par des animaux. SooCurious vous présente le destin hors normes, et souvent tragique, de cinq de ces enfants qui ont survécu dans la nature alors qu’ils étaient livrés à eux-mêmes grâce à des loups, des singes, des chiens et même des autruches. 

 

Hadara, l’enfant élevé par des autruches

enfants-sauvages-animaux-4

L’histoire d’Hadara est tout simplement incroyable. C’est lorsqu’il était âgé de seulement deux ans que l’enfant a perdu sa famille en plein milieu de désert du Sahara. Alors qu’il n’avait presque aucune chance de survie, le garçonnet a eu la chance d’être recueilli par… un groupe d’autruches ! A l’instar des loups ou des singes, ces animaux sont reconnus pour posséder un instinct parental très fort et il n’est pas rare qu’ils adoptent des orphelins d’autres espèces. C’est ce qu’il s’est donc passé pour Hadara qui a vécu parmi ce groupe d’autruches pendant près de dix ans, avant d’être retrouvé et ramené à sa famille.

Le garçon s’est ensuite réadapté non sans difficulté à la vie en société et a même réussi à terme à fonder une famille composée de cinq enfants. Si cette histoire peut paraître invraisemblable, elle a été confirmée par plusieurs sources et la journaliste-romancière suédoise Monica Zak qui raconte ce destin incroyable dans un livre intitulé « Hadara, l’enfant autruche« , a même eu la chance de rencontrer le fils de ce dernier, Ahmedu, qui vit aujourd’hui encore en Algérie.

 

Robert Mayanja, l’enfant élevé par des singes

enfants-sauvages-animaux-3

C’est en 1985, lors d’une patrouille dans une forêt en Ouganda, qu’un groupe de soldats a vu apparaître avec surprise la silhouette d’un enfant évoluant au milieu d’une tribu de singes. Ils ont alors cherché à le secourir, mais les primates se sont défendus et ont vivement protégé le garçon qui lui-même n’a pas facilité la tâche à ses « sauveurs ». Finalement, les soldats ont réussi à se saisir de l’enfant.

Âgé de seulement six ans à l’époque, celui-ci aurait perdu ses parents en 1982 lors de la guerre civile et aurait passé trois ans en pleine nature. Recueilli par les singes, il a survécu en mangeant des fruits, des baies et des racines, mais aussi en imitant le comportement des primates qui lui ont sauvé la vie. D’ailleurs, lorsqu’il a été récupéré, il ne savait ni s’asseoir, ni se tenir debout : il sautait seulement ou restait accroupi. De même, il ne souriait pas, ne parlait pas et ne communiquait qu’à travers des cris d’animaux. Aujourd’hui encore, Robert Mayanja ne s’est pas réadapté totalement aux comportements humains.

 

Oxana Malaya, l’enfant élevée par des chiens

Alors qu’elle n’avait que trois ans, Oxana a été « oubliée » par ses parents alcooliques dans les rues ukrainiennes en plein hiver. Pour se réfugier, la petite s’est alors dirigée vers le chenil dans lequel vivaient les chiens de la famille et c’est là qu’elle a trouvé réconfort et chaleur. Lors d’une interview, elle raconte : « Quand j’étais petite, les chiennes me nourrissaient de leur lait, directement à la mamelle. Puis, quand j’ai commencé à grandir, elles me rapportaient la nourriture que les gens leur donnaient et la partageaient avec moi. » Durant cinq ans, personne ne s’est soucié du sort de la petite, même pas ses parents.

Il a fallu attendre jusqu’en 1991, alors qu’Oxana avait 8 ans, pour qu’un voisin inquiet prévienne les autorités. De longues années qui ont eu de graves conséquences sur le développement social de l’enfant dont le comportement ressemblait davantage à celui du chien qu’à celui d’un humain. Depuis, Oxana a fait d’énormes progrès dans le centre pour handicapés mentaux dans lequel elle a été recueillie et est désormais capable de s’exprimer et de se comporter « normalement ».

 

Marcos Rodriguez Pantoja, l’enfant élevé par des loups

enfants-sauvages-animaux-1

Né le 7 juin 1946 en Espagne, Marcos Rodriguez Pantoja a été vendu à un pasteur prénommé Damien par sa belle-mère alors qu’il n’était âgé que de six ans. Ce dernier a appris au jeune enfant à chasser ainsi qu’à faire du feu et ensemble, ils surveillaient un troupeau de chèvres en pleine nature aux alentours de la Sierra Morena. Malheureusement, un jour, Damien a disparu et Marcos s’est alors retrouvé livré à lui-même. Pour survivre, il s’installa dans une grotte et au fur et à mesure, il réussit à s’intégrer à une meute de loups ; il mangeait, chassait, se déplaçait et hurlait comme eux.

Durant douze années, il a vécu entouré de cette meute jusqu’à ce qu’un jour, la Garde civile le trouva et décida de le ramener, non sans difficulté. En effet, Marcos, alors âgé de 19 ans et ignorant tout de l’humain, se débattit férocement, jusqu’au point de mordre ses sauveurs. Il était vêtu de peaux de daim, criblé de cicatrices, les pieds couverts de callosités et la colonne vertébrale courbée, conséquence de sa marche voûtée. Aussi, il avait perdu la quasi-intégralité de son vocabulaire. Il connut alors une phase de réajustement social très compliquée durant laquelle il dut apprendre à parler, à se nourrir et à s’habiller comme un humain. Si finalement il réussit à se réadapter en faisant son service militaire avant de devenir pasteur, il affirmera plus tard toujours préférer la vie en compagnie des animaux plutôt que des humains.

 

Marina Chapman, l’enfant élevée par des singes capucins

enfants-sauvages-animaux-2

C’est en 1954, alors qu’elle n’a que quatre ans, que Marina a été kidnappée avant d’être lâchement abandonnée en pleine jungle colombienne. Sans ressources, elle doit apprendre à survivre. Après quelques jours à errer complètement terrifiée, elle trouve refuge auprès d’une tribu de singes capucins qui, au départ, tolère sa présence sans se soucier pour autant de son existence. Petit à petit, l’enfant les imite, mange ce qu’ils mangent, apprend leur langage et leurs gestes mais n’arrive toujours pas à établir de véritable contact avec eux… Jusqu’à ce qu’un jour, alors qu’elle manque de mourir empoisonnée, l’un des primates lui sauve la vie en l’emmenant jusqu’à un point d’eau. Il ne la quittera plus et la communauté deviendra dès lors sa famille de substitution.

Cinq ans plus tard et alors que Marina n’a pas croisé le chemin d’un seul humain jusque-là, elle est capturée par un chasseur qui la vendra à une maison close : elle devient alors une esclave domestique. Elle réussira néanmoins à s’enfuir et trouvera refuge auprès d’un gang d’enfants des rues où son enfer continua. Elle trouva finalement le repos quand une famille de Bogotá finit par l’adopter. Désormais mariée et heureuse maman, elle vit en Angleterre et a raconté son incroyable destin dans un livre intitulé « Ma vie sauvage« .

enfants-sauvages-animaux-6

Ces destins sont incroyables mais aussi particulièrement tristes. Derrière chaque histoire se cache une grande tragédie et chacun de ces enfants a finalement connu une vie très difficile. A la rédaction, on retient la générosité dont ces animaux ont fait preuve, là où les humains ont échoué en témoignant une grande cruauté envers ces enfants. Heureusement, l’Homme n’est pas capable que du pire comme le prouvent ces photographies d’enfants qui viennent de trouver leur famille pour la vie.

Ces articles vont vous plaire

icone video
icone dossier

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux