12 822 personnes connectées

Ce journaliste a fabriqué de fausses défenses d’éléphants pour traquer un large réseau de braconnage d’ivoire

Chaque année, 30 000 éléphants sont froidement abattus par les braconniers qui convoitent leur ivoire. Il ne suffit pas de surveiller les pachydermes pour les protéger, il faut connaître la route de l’ivoire pour mieux sévir. Même si les spécialistes savent que les défenses d’éléphants sont principalement acheminées en Chine, il est difficile de suivre leur parcours en Afrique, notamment à cause du danger que cela représente. C’est pourquoi le journaliste Bryan Christy a eu la brillante idée de fabriquer de fausses défenses munies d’un GPS.

C’est en travaillant en collaboration avec un taxidermiste très réputé aux Etats-Unis que Bryan Christy, reporter chez National Geographic a pu élaborer les fausses défenses d’éléphants. Après des semaines de fabrication, les défenses, contenant chacune un GPS et des capteurs, ont été intégrées sur le marché noir par Bryan Christy lui-même. Ces dernières paraissaient s’y réelles que le journaliste a été arrêté à l’aéroport. Il s’est ensuite rendu dans le village de Mboki en République Démocratique du Congo. Le pays abrite en effet l’un des plus incroyables parcs naturels d’Afrique : le parc national de Garamba. En 2006, on y décomptait 4 000 éléphants, il en reste aujourd’hui moins de 1 500.

 

Le journaliste Bryan Christy a travaillé avec un taxidermiste pour fabriquer les fausses défenses :

6-bryan-christy

 

Voici le dispositif qui a été intégré dans les fausses défenses :

5-fausses-defenses

 

Le taxidermiste les intègre rigoureusement afin que les braconniers ne détectent pas sa présence : 

4-fausses-defenses

 

Il s’applique ensuite pour qu’elles soient identiques à de vraies défenses. Dans le cas contraire, la vie de Bryan Christy pourrait être en danger. 

3-fausses-defenses

 

La fausse défense se trouve à gauche, et la vraie à droite : 

2-fausses-defenses

 

Après des semaines de travail, le taxidermiste a réussi à reproduire des défenses plus vraies que nature :

1-elephants

Les fausses défenses ont permis à Bryan Christy de se rendre compte de l’ampleur du phénomène : le braconnage d’ivoire sert à financer les groupes rebelles et terroristes, il s’agit d’un réseau bien plus complexe et organisé qu’il ne le pensait. Les braconniers utilisent des méthodes bien plus élaborées aujourd’hui, allant même jusqu’à utiliser des hélicoptères pour pouvoir viser le haut du crâne des éléphants. Cette traque macabre résulte en de violents conflits, souvent meurtriers, entre les rangers qui protègent les pachydermes et les braconniers. Voici ce que les fausses défenses ont pu révéler.

 

Ici en gris, les zones abritant des éléphants. En rouge, Kafia Kingi, une zone contrôlée par le Soudan, où l’Armée de Résistance du Seigneur, menée par Joseph Kony, a tout les droits. Il s’agit également de l’une des routes par laquelle passe le trafic d’ivoire :

1-route-ivoire

 

En rouge, les attaques commises sur des villages par l’Armée de Résistance du Seigneur. L’une des routes fortement empruntées par les braconniers passe justement par les zones contrôlées par les rebelles :

2-route-ivoire

 

Voici l’endroit où Bryan Christy a infiltré les fausses défenses, le village de Mboki, à l’ouest du parc national de Garamba :

3-route-ivoire

 

En deux semaines, les défenses ont parcouru 389 kilomètres, elles ont ainsi passé la frontière du Soudan du Sud :

4-route-ivoire

 

Au 19ème jour, les défenses pénètres Kafia Kingi, elles jusqu’alors parcouru 483 kilomètres :

5-route-ivoire

 

Du 21ème jour au 44ème, les défenses sont retenues dans un camp à Kafia Kingi avant d’être acheminées vers le nord :

6-route-ivoire

 

Du 45ème jour au 52ème, les défenses sont déplacées plus rapidement, probablement par un véhicule à moteur. Leur dernière localisation connue est Ed Daein. Grâce à des capteurs de température, le journaliste pu déduire qu’elles étaient enfermées dans un bâtiment ou enterrés :

7-route-ivoire

 

En Afrique, les éléphants sont pourchassés sur tous les territoires qu’ils occupent, ici en gris :

9-route-ivoire

 

 

Ici en rouge, les zones où le braconnage est intense, en jaune, les endroits où l’ivoire est acheté aux braconniers, le prix varie entre 60 et 355 euros :

10-route-ivoire

 

 

Lorsque les défenses sont acheminées vers les zones de transit (ici en orange), leur prix augmente. Il oscille entre 200 et 445 euros :

11-route-ivoire

 

 

Par la suite, elles sont transportées vers les zones d’exportation (ici, les points et les étoiles rouges), ce qui entraîne une fois de plus l’augmentation de la valeur de l’ivoire, le prix varie entre 545 et 790 euros :

12-route-ivoire

 

À l’est, l’ivoire est transporté en Europe et aux Etats-Unis, tandis qu’à l’ouest, il est acheminé vers le Moyen-Orient, l’Asie du Sud Ouest, et surtout, vers la Chine. Son prix accroît encore : entre 850 et 4 150 euros :

13-route-ivoire

 

La Chine, notamment sa classe moyenne émergente, raffole d’ivoire. Les défenses y sont travaillées et transformées en baguettes, en bijoux ou en bibelots. Ces dernières années, le prix de l’ivoire sur le marché a connu une très forte augmentation, entraînant les groupes rebelles et terroristes à traquer les éléphants. A la rédaction, nous admirons la détermination et la passion de Bryan Christy, et espérons que plus de fausses défenses seront utilisées afin de pourchasser les braconniers et de démanteler les réseaux de braconnage. Croyons que nous arriverons un jour à arrêter le braconnage ou pensez-vous qu’il s’agit d’un fléau qui ne peut pas être contrôlé ?

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux