12 729 personnes connectées

En s’inspirant du dauphin, des chercheurs ont appris le déplacement par écholocation à des aveugles

Afin de détecter plus facilement des obstacles, les aveugles peuvent désormais utiliser le son pour se déplacer. Inspirés par la nature, des chercheurs ont imaginé un procédé simple permettant à chacun de se déplacer en utilisant l’écholocation. Un procédé testé sur des aveugles mais également des valides et dont les résultats sont surprenants. 

Un système similaire à celui utilisé par les animaux

Pour que les malvoyants puissent de déplacer sans difficulté, les scientifiques se sont inspirés de la nature, et plus précisément du sonar qu’utilisent les dauphins ou les chauves-souris. Un système très simple a été employé, celui-ci fonctionnant avec des clics de langue émis par les participants ou par une machine et d’écouter l’écho renvoyé. En fonction du son qu’ils entendent, les participants peuvent repérer où se trouvent les autres participants mais aussi définir la taille de la pièce où ils se trouvent.

Avant de pouvoir réaliser des expériences plus poussées, les scientifiques ont d’abord appris aux participants les bases de l’écholocation. Pour cela, ils les ont placés dans une chambre anéchoïque rembourrée ne produisant pas d’écho. Des clics enregistrés dans des lieux réels ont été diffusés afin que les participants puissent apprendre avec l’aide des scientifiques à différencier les sons provenant de pièces de tailles différentes. C’est une fois cette formation réalisée que les participants ont été mis en situation dans un environnement virtuel.

Valides et malvoyants sont-ils aussi réceptifs face à cette expérience ?

Si l’expérience est avant tout pensée pour faciliter la vie des malvoyants, des valides dont on a caché la vue ont également pris part à l’expérience. Virginia Flanagin de l’Université Ludwig Maximilian de Munich s’est exprimée sur le sujet en pensant que « Si les gens sont voyants, ce (se déplacer sans aucun repère visuel) ne sera pas quelque chose que nous avons jamais appris à faire, alors probablement nous sommes vraiment mauvais ». Néanmoins, l’expérience a démontré le contraire.

L’une des expériences d’écholocation impliquait une personne aveugle et 11 valides aveuglés. Les résultats ont montré que le plus performant des valides aveuglés n’avait qu’une différence de 4 % avec une personne aveugle. En moyenne, les valides n’étaient sujets qu’à une différence de 6 à 8 % . Ils ont également constaté chez la majorité des participants qu’ils se repéraient mieux à partir des clics qu’ils faisaient avec la langue.

Est-ce la première fois que l’écholocation est testée chez les humains ?

Ce n’est pas la première fois que l’écholocation est testée avec des hommes. En 2013 déjà, des tests étaient réalisés sur un principe similaire et dans les deux cas, un constat ressort : le cerveau parvient, quand le son est la seule source sensorielle, à se repérer via les informations contenues dans les échos.

Cependant, malgré cette découverte, de nouvelles expériences sont à faire pour prouver que l’Homme est capable de se repérer grâce à l’écholocation. S’ils réunissent déjà valides et malvoyants, les chercheurs doivent toutefois renouveler l’expérience sur un groupe plus vaste de cobayes. Néanmoins, elle montre bien que l’Homme, qu’il dispose de la vue ou non, est bel et bien capable d’utiliser ce système de navigation basé uniquement sur le son.

Ces articles vont vous plaire

Le monde a commencé sans l’homme et il s’achèvera sans lui.

— Claude