12 350 personnes connectées

En utilisant l’électricité statique, ce mini drone peut se poser sur de multiples surfaces

Grâce à la science et à ses progrès, les robots deviennent de plus en plus perfectionnés et permettent de plus en plus de tâches. C’est par exemple ce que montrent les petits engins conçus par des chercheurs de Harvard, des petits drones capables de se poser presque n’importe où et de redécoller ensuite, et ce pour augmenter leur autonomie. Découvrez cette technologique qui pourrait bien être l’avenir de la robotique.

Des chercheurs de l’université Harvard ont découvert que de minuscules drones pourraient économiser beaucoup d’énergie en se posant furtivement au cours de leurs trajets. Pour exploiter cette idée, les scientifiques ont conçu un patch électrostatique en fibre de carbone doté d’électrodes en cuivre et d’un revêtement de polyamide, le tout situé sur un petit cylindre de mousse. Ce dernier élément sert à éviter que le robot ne rebondisse sur la surface sur laquelle il se pose.

Drone-volant-2

Une fois chargée, la plaque électrostatique peut se fixer sur presque toutes les surfaces répondant à l’électricité statique (le bois, le verre ou les matières organiques), qu’il s’agisse d’un sol ou d’un plafond. Dès lors, le robot peut rester perché sur son support aussi longtemps que le patch est mis sous tension, une position qui lui permet de dépenser bien moins d’énergie que lorsqu’il vole.

L’utilisation de l’électricité statique présente tout de même des limites de poids puisque la charge que l’engin peut supporter est proportionnelle à la surface du patch. Mais selon Robert Wood, professeur à Harvard, le système « est tout à fait approprié pour les systèmes à petite échelle ». Car les petits appareils conçus par les chercheurs d’Harvard pèsent chacun 84 milligrammes et mesurent 2 cm de haut pour 3,6 cm de largeur une fois les ailes déployées.

Drone-volant-3

Robert Wood, qui a travaillé sur l’étude relative au petit drone, précise que ce genre d’appareil pourrait être utile dans toute situation « trop difficile ou dangereuse pour un être humain » ou qui nécessite « un faible coût ».

Il ajoute également que cette invention pourrait largement se développer dans 5 à 10 ans. Car elle peut être équipée de capteurs permettant de surveiller le taux de pollution dans l’air ou encore pour trouver des personnes en détresse dans des zones difficiles d’accès.

Drone-volant-4 Drone-volant-1 Drone-volant-5

Ce dispositif novateur semble avoir de beaux jours devant lui car il permettrait une utilisation assez inédite des appareils volants, et ce grâce à un procédé peu utilisé en robotique jusque-là. Si ce domaine technologique vous intéresse, découvrez également ce robot humanoïde qui va révolutionner l’exploration des océans.

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

Le basenji est le seul chien au monde qui n’aboie pas