12 513 personnes connectées

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les 3 drogues qui tuent le plus de gens au monde sont en vente libre

Toutes les drogues sont dangereuses. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, celles qui tuent le plus de personnes aujourd’hui sont bien en vente légale. L’alcool et les cigarettes sont en effet les deux substances qui provoquent le plus de décès aux Etats-Unis, suivies par l’utilisation trop importante et mal encadrée de médicaments anti-douleurs. DGS vous montre en détail les risques liés à la consommation excessive de ces substances addictives.

La dépénalisation du cannabis en France est un sujet politique qui revient régulièrement sur le devant de la scène politique. Aujourd’hui encore, les études se contredisent concernant les dangers liés à la consommation de cette substance. Pourtant, il est intéressant de noter que les drogues qui causent le plus de dommages et tuent le plus de personnes sont, pour la plupart, légales. Ainsi, le tabac, l’alcool et les médicaments anti-douleurs sont responsables de plus de morts directes aux Etats-Unis que n’importe quelle autre drogue, comme nous le montre le graphique suivant.

morts-cigarette-alcool

Ce graphique peut néanmoins être relativisé, puisque comme l’alcool et le tabac sont légaux, il est plus facile de s’en procurer et beaucoup plus de personnes en consomment. Ainsi, plusieurs substances, si elle étaient en vente libre comme le sont les cigarettes et les bouteilles d’alcool, seraient bien plus nocives (comme l’héroïne par exemple). Il est également important de noter que ce graphique ne montre que le nombre de morts directement liées à l’usage des drogues citées. Ainsi, les accidents de voiture et les homicides liés à la consommation de toutes ces substances ne sont pas comptabilisés. Ces données ont néanmoins le mérite de montrer que « légalité » ne veut pas dire « sans danger ».

1. Les dangers du tabac

En France, le tabac tue 73 000 personnes par an (selon une estimation publiée dans la Revue du Praticien, par Catherine Hill, directrice du service d’épidémiologie des cancers de l’Institut Gustave-Roussy). En moyenne, l’espérance de vie d’un fumeur est inférieure de 20 à 25 ans par rapport à celle d’un non-fumeur. Dans le monde, 5 millions de personnes meurent chaque année à cause de la cigarette. Les principales maladies liées au tabagisme sont le cancert du poumon, de la bouche, du larynx, de la gorge, du rein, de la vessie, du sein, de l’estomac et de l’intestin grêle. Le tabac augmente également le risque de contracter des maladies cardio-vasculaires. Les ventes de tabac chutent néanmoins années après années depuis une décennie, sous l’effet notable des lois anti-tabac de plus en plus restrictives.

cancer-poumon

 

2. Les dangers de l’alcool

L’alcool est la deuxième cause de mortalité évitable en France après le tabac. Il a ainsi tué 49 000 personnes en 2009. 40 % des personnes décédées à cause de l’alcool avaient moins de 65 ans. À court terme, l’alcool aggrave le risque d’accidents (même sans ivresse), peut provoquer des gastrites, des nausées et des vomissements. Sur le long terme, la consommation régulière d’alcool a des répercussions sur le système nerveux (neuropathie alcoolique, névrite…) sur le foie (cirrhose), le pancréas, mais aussi sur l’appareil sexuel (impuissance, perte du désir sexuel…). L’alcool augmente également les risques d’hypertension artérielle et de cancers (bouche, langue, estomac…).

alcool-homme

Notons enfin que l’alcoolisme a également de nombreuses répercussions sur l’entourage et la société en général. Comme nous le montre le graphique suivant, l’alcool est la drogue qui représente le plus de « danger pour les autres » (crises familiales, blessures et même meurtres) (chiffres concernant le Royaume-Uni tirés de cette étude) :

Dommages-alcool-graphique-drogues-1

 

3. Les dangers liés aux antalgiques, les médicaments anti-douleurs

Prescrits sur ordonnance ou pris en automédication, les médicaments contre la douleur (ou antalgiques) font partie des médicaments les plus consommés. Cette consommation d’antalgiques entraine une augmentation de 40 à 70 % du risque de trouble cardiaque. De plus, les médicaments composés d’opioïde (substance opiacée psychotrope présente dans les antalgiques de palier 2 et de palier 3) peut entrainer une dépendance. Aux Etats-Unis en 2008, plus d’un tiers des visites aux urgences étaient dues à un emploi non médical de ces médicaments. Certains estiment que le cannabis pourrait se substituer à ces médicaments contre la douleur dans certains cas. Ainsi, aux Etats-Unis, une étude a montré que dans les États où le cannabis était autorisé à des fins médicales, la prescription d’antalgiques avait diminué.

medicaments-pillules
Des médicaments via Shutterstock

Ces quelques données sont très parlantes. À la rédaction, nous avons été abasourdis en découvrant toutes ces statistiques dramatiques liées à la consommation de ces drogues, pourtant en vente libre. Bien sûr, on estime que ce n’est pas une raison pour légaliser toutes les substances qui ne sont, pour l’instant, pas autorisées. Pensez-vous qu’une législation plus restrictive permettrait de réduire le nombre de morts liées à ces drogues ?

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux