13 185 personnes connectées

Alcool, nicotine, héroïne… Découvrez quelles sont les substances les plus addictives au monde

drogues-addiction-classement-une

C’est connu, toutes les drogues ne provoquent pas le même degré d’addiction. Alors, quelles sont les substances les plus addictives au monde ? Une question à laquelle il n’est pas simple de répondre, puisque les spécialistes ne sont pas toujours d’accord entre eux et que le niveau d’accoutumance d’une drogue peut être mesuré de différentes manières. SooCurious vous présente les 5 substances les plus addictives d’après les études de plusieurs experts.

Il existe plusieurs méthodes pour analyser le niveau d’addiction d’une drogue : la dangerosité de la substance sur la santé, la valeur de son trafic, comment elle influe sur la dopamine, ses effets sur l’utilisateur, les symptômes liés au manque et enfin, la rapidité avec laquelle une personne qui la consomme pour la première fois peut devenir accro. Même en suivant ces critères, les spécialistes déterminent quelles drogues sont les plus addictives de différentes manières. Certains, c’est notamment le cas de John Davies, affirment même qu’aucune drogue ne crée réellement une dépendance. Des divergences qui ont poussé le professeur David Nutt à réaliser sa propre étude sur l’addiction en regroupant l’avis de plusieurs experts. Voici le résultat de leurs recherches.

 

L’héroïne

heroine-addictionL’héroïne est considérée comme la drogue la plus addictive au monde via Shutterstock

L’équipe de chercheurs a classé l’héroïne en première position, lui donnant un score de 2,5 sur 3. D’après une expérimentation réalisée sur des animaux, l’opiacé décuple le taux de dopamine dans le cerveau de 200 %. L’héroïne est en outre particulièrement dangereuse pour la santé : la dose qui peut causer une overdose n’est que 5 fois supérieure à celle nécessaire pour ressentir ses effets.

Enfin, le manque se ressent de manière très sévère, autant physiquement que mentalement : vomissements, tremblements, crampes, fièvre… Les consommateurs se retrouvent dans un état si déplorable que la seule issue qui semble s’offrir à eux est d’en reprendre. En 2009, le trafic des opiacés illégaux dans le monde était estimé à 62 milliards d’euros.

 

L’alcool

alcool-addiction

Avec un score de 2,2 sur 3, l’alcool arrive en deuxième position du classement. Il possède de nombreux effets sur le cerveau : une étude réalisée sur des rats a révélé que la substance augmentait le taux de dopamine de 40 à 360 %. Autre fait inquiétant, ce taux s’accroît au fur et à mesure que l’alcool est consommé. D’après une autre étude parue dans ScienceDirect, 22 % des personnes qui boivent de l’alcool développeront une dépendance au cours de leur vie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé que 3 millions de consommateurs d’alcool sont morts en 2012 à cause de ses effets néfastes sur le corps, notamment sur le foie. Cette substance est légale dans la majorité des pays du monde, malgré le fait qu’elle soit considérée comme la plus dangereuse.

 

Le crack/cocaïne

cocaine-addiction

Dérivé de la cocaïne, le crack arrive à la troisième place du classement, alors que la cocaïne est cinquième. Les effets de la cocaïne sur le cerveau sont conséquents : la drogue augmente de 3 fois le taux de dopamine. En 2009, le trafic de cocaïne était estimé à 68 milliards d’euros à travers le monde. On estime qu’entre 14 et 20 millions de personnes consomment de la cocaïne et que 21 % des utilisateurs deviendront dépendants.

 

Les barbituriques

barbituriques-addictionLes barbituriques étaient beaucoup plus consommés au XXe siècle via Shutterstock

Les barbituriques sont des médicaments qui étaient autrefois prescrits en tant que somnifères ou pour soigner l’anxiété. Les médecins exploitaient également leurs propriétés anesthésiques. David Nutt et ses collègues considèrent que cette substance est la quatrième plus addictive au monde. Les barbituriques interfèrent avec les signaux chimiques dans le cerveau, endormant certaines régions de l’organe. A petite dose, le médicament provoque un sentiment d’euphorie, mais une consommation trop importante peut entraîner la mort car elle empêche tout bonnement de respirer.

Au XXe siècle, de nombreuses personnes étaient dépendantes aux barbituriques, notamment car elles pouvaient s’en procurer rapidement grâce à une simple prescription. Aujourd’hui, ils ont été remplacés par d’autres médicaments, ils sont ainsi bien moins présents sur le marché. Le cas des barbituriques est une démonstration parfaite de l’importance du contexte dans l’addiction aux drogues : si une substance est difficile d’accès, elle est bien moins meurtrière.

 

La nicotine

nicotine-addiction

D’après les experts, la nicotine n’arrive qu’en douzième position du classement. Cependant, de nombreuses données permettent d’affirmer qu’il s’agit d’une substance particulièrement addictive. La nicotine se trouve dans le tabac, elle est aspirée par les poumons avant d’être délivrée au cerveau. Des expériences sur les rats ont révélé qu’elle augmente le taux de dopamine dans le cerveau de 25 à 40 %. On estime que sur 10 bébés qui naissent aujourd’hui, 3 deviendront fumeurs, et un fumera toute sa vie.

 

Cette étude est particulièrement troublante : sur les 5 substances citées, 3 sont légales. Un constat d’autant plus déroutant que ces drogues ne sont pas seulement addictives, elles sont extrêmement dangereuses pour la santé. Si vous voulez en apprendre plus sur ce sujet, vous pouvez découvrir ces 20 chiffres qui vous feront réaliser l’ampleur phénoménale de la drogue dans le monde.

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

Chaque année, se produisent environ 4000 séismes dans l’Himalaya soit environ un séisme toutes les deux heures.