13 768 personnes connectées

Effrayant : le taux d’oxygène dans les océans est en chute libre

Le réchauffement climatique est le fléau des temps modernes. Menaçant les écosystèmes comme les habitats humains, il est aussi responsable de la raréfaction de l’oxygène, à l’origine de toute vie sur Terre. Des chercheurs rapportent ainsi que l’océan connaît actuellement une baisse inquiétante de son niveau d’oxygène qui tend à se généraliser dans toutes les zones océaniques du monde… Les conséquences pour la biodiversité marine et l’air que nous respirons sont sans précédent.

Matthew Long, océanographe au National Center for Atmospheric Research avait déjà prévu dans ses précédentes recherches que l’océan était condamné à voir son niveau d’oxygène diminuer dans un futur proche. Les récents travaux publiés dans la revue nature par l’océanographe Sunke Schmidtko et ses deux collègues du GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research de Kiel en Allemagne, viennent confirmer ces sombres prévisions, se basant sur des millions de mesures océaniques largement répandues dans le temps. D’après les auteurs de l’étude, l’oxygène contenu dans l’océan a baissé de plus de 2 % entre 1960 et 2010. Si de nombreuses études avaient déjà pu constater des baisses locales et isolées, c’est la première fois qu’un tel déclin est enregistré à l’échelle mondiale et dans les eaux profondes, explique Schmidtko.

Contrairement à l’oxygène de notre atmosphère où les gaz sont mélangés, celui de l’océan est d’une nature très fragile. Avec le réchauffement climatique, l’augmentation de la température des eaux affecte leur capacité à retenir l’oxygène des gaz dissous comme l’oxygène. Un autre phénomène consécutif au réchauffement climatique est la stratification des eaux. Quand la couche supérieure des eaux se réchauffe, les couches riches en oxygène ont plus de difficultés à se mélanger aux couches inférieures plus froides car les eaux chaudes coulent peu du fait de leur faible densité. D’après Schmidtko, la stratification empêche l’apport en oxygène des fonds marins.

Les niveaux d’oxygène ne sont pas partout les mêmes à la surface du globe, de ce fait, certaines zones océaniques pâtissent plus que d’autres de ce déclin. Étant le plus grand des océans, c’est l’Océan Pacifique qui a perdu le plus gros volume d’oxygène mais la baisse a été encore plus forte dans l’Océan Arctique en terme de pourcentage. Les zones caractérisées par leur teneur minimale en oxygène ainsi que les zones hypoxiques pourraient se multiplier et s’étendre au détriment des habitats dans lesquels vivent de nombreux organismes marins. L’oxygène est indispensable à l’équilibre de la biodiversité marine, la baisse du niveau d’oxygène pourrait nuire gravement à la survie des organismes animaux ou végétaux qui peuplent les océans. Le réchauffement climatique et la diminution de l’oxygène marin semblent avoir instauré une spirale infernale dont il semble très difficile de sortir.

Du phytoplancton

Le phytoplancton produit entre 50 et 85 % de l’oxygène de l’atmosphère terrestre, autant dire qu’il est indispensable à l’air que nous respirons. Cependant, d’après les chercheurs Yadigar Sekerci et Sergei Petrovskii, le réchauffement climatique affecte la production d’oxygène par ces organismes, si la photosynthèse marine venait à être véritablement perturbée, les conséquences seraient catastrophiques pour la vie sur Terre. Cela signifie que non seulement le réchauffement climatique réduit l’oxygène présent dans l’océan mais qu’en plus il neutralise les sources qui le produisent. Enfin, il faut savoir que le déclin des niveaux d’oxygène renforce encore le réchauffement climatique. Le chercheur Denis Gilbert explique ainsi que dans les zones faibles en oxygène, les micro-organismes produisent de l’oxyde nitreux, un gaz à effet de serre…

L’étude suggère que d’ici à 2100, l’océan pourrait perdre 7 % de son oxygène… Les chercheurs démontrent à nouveau que les océans sont les premiers touchés par le réchauffement climatique. Et dire que, comme l’explique une étude parue récemment dans SAGE journals, l’évolution du système terrestre est presque entièrement due aux activités humaines… Il est plus que temps d’agir si nous voulons sauver la vie sur Terre.

Ces articles vont vous plaire

La production d’un kilo de miel mobilise l’énergie de 6000 abeilles pendant 2 semaines

— @DailyGeekShow