13 062 personnes connectées

Des scientifiques français ont mis au point des cellules souches capables de réparer le coeur humain

organe-coeur

Des chercheurs français ont réussi à créer des cellules capables de soigner les patients souffrant d’insuffisance cardiaque. Une prouesse qui sera bientôt mise en place dans les hôpitaux et qui sauvera de nombreuses vies. DGS vous explique tout sur cette fabuleuse découverte.

L’hôpital européen Georges-Pompidou à Paris et l’hôpital Saint-Louis ont collaboré pour mettre au point des cellules souches à disposition des patients qui en auront besoin. Le procédé a été validé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSM), ce qui signifie que les chercheurs ont l’autorisation de produire des cellules pour soigner les patients atteints d’insuffisance cardiaque grave.

Depuis plusieurs années, différentes études viennent pointer l’importance de mettre au point ce genre de cellules pour réparer les coeurs déficients en régénérant le tissu et rendant à cet organe une fonction normale. Ces recherches ont mené à l’identification de la nature des cellules qui seraient en théorie les plus efficaces. Les essais ont déjà été effectués sur des rongeurs et des primates, confirmant la sécurité et l’efficacité de cette méthode de guérison. La prochaine étape : les tests cliniques sur des malades humains.

coeur

Les cellules souches ont dont été créées selon des pratiques attestées par l’ANSM. Cette phase est primordiale pour la validation finale de la technique thérapeutique. « Cette démarche translationnelle était nécessaire pour transformer un produit de laboratoire en potentiel outil thérapeutique », explique le professeur Philippe Menasché, coordonnateur de l’équipe. « Toutefois, il ne s’agit là que d’une première étape : beaucoup de travail reste à faire pour améliorer l’efficacité thérapeutique de ces cellules et les contrôles qui doivent encadrer leur production. »

« Il s’agit d’un domaine nouveau, il n’y a donc pas encore beaucoup de références et de normes édictées par des agences officielles pour produire des cellules thérapeutiques. Nous avons donc proposé à l’ANSM des procédés pour garantir la sécurité et l’efficacité des cellules souches. Réciproquement, l’ANSM a donné des directives pour aboutir à un produit satisfaisant. » Il reste encore de nombreux risques à éliminer lorsqu’il s’agit de produire des cellules souches. Elles sont exposées à des risques d’infection par des bactéries ou virus, elles peuvent se révéler dysfonctionnelles à cause de la perte de matériel génétique, de remaniement chromosomique et elles peuvent se révéler cancéreuses de par leur nature pluripotente (elles se divisent à l’infini).

cellule-souche

En pratique, les scientifiques créent les cellules cardiaques à partir de cellules embryonnaires pluripotentes en les spécialisant grâce à des facteurs de croissance et de différenciation (une méthode connue grâce aux travaux de Michel Pucéat). Moins de la moitié d’entre elles sont sensibles à cette spécialisation et il faut bien veiller à les sélectionner avec attention parmi les autres. Une fois tous les risques précédemment cités écartés, les chercheurs placent les cellules sur un patch de fibrine qui est alors collé sur la zone lésée du coeur. Cela favorise apparemment leur survie plutôt que lorsqu’elles sont directement injectées dans le muscle cardiaque.

Les tests sont prévus sur six patients atteints d’une insuffisance cardiaque grave (telle que la fraction d’éjection du ventricule gauche inférieure à 35 %, l’infarctus du myocarde vieux de plus de 6 mois…). « Nous en espérons bien sûr des résultats positifs. Mais ces travaux doivent surtout être considérés comme un socle initial à partir duquel d’autres équipes proposeront des solutions pour optimiser la production de cellules à finalité thérapeutique, quel que soit l’organe considéré », conclut Philippe Menasché.

patient-hopital

Cette nouvelle nous a mis du baume au coeur 😀 ! Nous félicitons les chercheurs qui ont su mettre au point ces cellules souches et nous ressentons une certaine fierté de savoir que c’est en France qu’a été faite une telle découverte. Espérons que cette technique de guérison sera rapidement mise en place dans les hôpitaux du monde entier. Pensez-vous qu’à l’avenir, la médecine nous permettra de vivre avec un coeur à toute épreuve ?

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

L’araignée, Stegodyphus lineatus, donne naissance à ses petits et se liquéfie afin qu’ils puissent la dévorer