13 565 personnes connectées

Directement inspiré des Mille et Une Nuits, retour sur le somptueux jeu Prince of Persia de 1989

Franchise quelque peu délaissée ces dernières années, Prince of Persia n’en reste pas moins cultissime. Véritable chef-d’oeuvre de l’histoire vidéoludique, on s’en souvient pour nos aventures épiques sur PlayStation 2, PlayStation 3 ou encore PSP. Mais revenons aujourd’hui aux origines et parlons de l’épisode de 1989 qui fut le précurseur de toute une saga ! C’est parti, en route pour l’Orient !

Prince of Persia est donc un jeu fantastique et de plateforme à l’origine développé et édité par Brøderbund et conçu par Jordan Mechner pour l’Apple II. Dans le jeu, les joueurs contrôlent un protagoniste anonyme qui doit s’aventurer à travers une série de donjons pour vaincre le Grand Vizir Jaffar et sauver une princesse emprisonnée. Il y a un peu d’Aladdin dans l’idée. 😛 Plus précisément le jeu se déroule dans l’ancienne Perse. Alors que le sultan mène une guerre dans un pays étranger, son vizir Jaffar, un assistant, prend le pouvoir. Son seul obstacle au trône est la fille du Sultan (bien que le jeu ne mentionne pas spécifiquement comment). Jaffar l’enferme dans une tour et lui ordonne, sous la menace d’exécution, de devenir sa femme.

pop-ibm

Le protagoniste anonyme du jeu, que la princesse aime, est jeté dans les cachots du palais. Le joueur doit le conduire à Jaffar pour le vaincre et libérer la princesse en moins de 60 minutes (120 minutes dans la version Super Nintendo, qui a des niveaux de plus en plus durs). En plus de gardes, divers pièges et les donjons, le protagoniste est en plus entravé par son propre sosie, une apparition de son propre soi qui est évoqué par le biais d’un miroir magique. Le principal objectif du joueur est de terminer le jeu en une heure. Le joueur doit conduire le protagoniste du jeu d’un donjon à une tour. Le jeu se compose de douze niveaux (même si certaines versions ont parfois plus de niveaux selon les consoles). Pour terminer un jeu, tous les douze niveaux doivent être complétés en une seule session. Une session de jeu peut être sauvegardée et reprise à une date ultérieure seulement après le niveau 3.

Sur Super Nintendo

1280x720-feD

Le développement pour le jeu a commencé en 1985, Jordan Mechner est diplômé de l’université Yale. A cette époque, Mechner avait déjà développé un jeu, Karateka, pour le distributeur Brøderbund. Bien que prévoyant une suite à Karateka, le distributeur a donné à Mechner la liberté de création pour créer un jeu original. Le jeu s’inspire de plusieurs sources d’inspiration au-delà des jeux vidéo, y compris la littérature comme Les Mille et Une Nuits et des films tels que Les Aventuriers de l’arche perdue et Les Aventures de Robin des Bois. Traduit dans 6 langues, et porté sur une vingtaine de supports, le jeu s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires à travers le monde !

Sur Atari

Prince_of_Persia_-_1990_-_Brøderbund_Software

Après sa sortie sur Apple II, le jeu fut adapté sur à peu près toutes les consoles : Amiga, Atari ST, MS-DOS, Sega Master System 1, Sega Game Gear, Sega CD, Gameboy, SNES, NES, Game Boy Color, IOS, Nintendo 3DS, Wii, Windows, Commodore 64. En 2007, Prince of Persia a été retravaillé par Gameloft. Le remake, intitulé Prince of Persia Classic, est sorti le 13 juin 2007 sur Xbox Live Arcade et en 2008 sur le PlayStation Network. Il dispose du même niveau de conception et le même principe, mais avec un nouveau rendu graphique et des mouvements plus fluides. Le gameplay et les contrôles ont été légèrement ajustés pour inclure un mouvement pour sauter au mur. Le jeu est même porté sur Android pour pouvoir profiter de tout ça sur votre téléphone ou tablette !

Que de souvenirs ! Ce qui est magnifique, c’est qu’il est très facilement possible d’y rejouer étant donné que le jeu est disponible sur à peu près tous les supports, même Android. S’inspirant de l’oeuvre Les Mille et Une Nuits, on a eu droit à une aventure en Orient comme on en fait trop peu de nos jours. Sur quelle version avez-vous joué à ce jeu à la douce résonance exotique ?

Ces articles vont vous plaire

La plupart des rues au Japon n’ont pas de nom ni de numéro

— @DailyGeekShow