12 623 personnes connectées

Comment se mettre à l’abri si une attaque nucléaire frappait la France ?

ou-se-cacher-en-cas-dattaque-nucleaire-une

Les risques d’attaques nucléaires sont des menaces qu’il ne faut malheureusement pas ignorer. Pour vous aider à survivre au cas où cette tragédie venait à se produire en France, DGS vous explique quels seraient les meilleurs abris dans lesquels vous pourriez trouver refuge !

Le gouvernement américain prend le risque d’attaque nucléaire très au sérieux et on ne peut que le comprendre au vu des liaisons tendues qu’il entretien avec les gouvernement russe et nord-coréen. De ce fait, un véritable petit guide intitulé « Comment réagir face à une attaque nucléaire ? » a été publié… Dans celui-ci, on trouve entre autres une carte très intéressante dans laquelle on découvre les endroits les plus appropriés pour se mettre à l’abri si une telle catastrophe venait à se produire. Et selon le scientifique Michael B. Dillon du « Lawrence Livermore National Laboratory« , trouver un bon abri dans les quelques minutes qui suivent l’attaque permettrait de sauver entre 10 000 et 100 000 individus.

Malheureusement, si vous vous trouvez dans un rayon de 1 à 2 km, vous n’y échapperez pas. Mais au-delà, les structures architecturales ne subissent que quelques dégâts comme par exemple des fenêtres brisées. Bon, évidemment plus vous vous trouvez loin, plus vous aurez de chances d’être épargné.

ou-se-cacher-en-cas-dattaque-nucleaire1-1

 

Plus précisément maintenant, on découvre aussi et sans grande stupeur que les sous-sols sont les endroits les plus sûrs pour se réfugier et que les derniers étages sont quant à eux les endroits à éviter absolument. Plus étonnant, les rez-de-chaussée sont à éviter autant que les plus hauts points d’un immeuble. Les maisons ainsi que les immeubles qui n’ont que peu de hauteur sont les lieux dans lesquels il est le plus difficile de trouver refuge !

ou-se-cacher-en-cas-dattaque-nucleaire2

 

 

Dans le même temps, un document a récemment été publié par la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) sur lequel on découvre précisément les conséquences qu’aurait une attaque nucléaire sur la ville de Lyon. Cette étude a été menée sur la base d’une bombe de 150 kilotonnes, ce qui correspond à 150 000 tonnes de TNT, qui exploserait à 800 mètres d’altitude. Il y est expliqué que la bombe exploserait en créant une énorme boule de feu d’une dizaine de millions de degrés qui, en une seconde seulement, ferait à peu près 1 km de diamètre. Une onde de choc serait ensuite créée par cette fournaise, brulant et faisant fondre les bâtiments se trouvant dans un rayon de 2 km environ. Dans une zone de 3 km, l’émission de neutrons et de rayons gamma aurait des conséquences mortelles pour ceux qui auraient été protégés de l’onde de chaleur et de l’onde de choc. A 10 km du point d’explosion, la plupart des immeubles seraient détruits ou endommagés, les êtres humains souffriraient de blessures au second degré et le taux de mortalité atteindrait alors 50 %. Le bilan immédiat s’élèverait ainsi à 200 000 morts et 200 000 blessés.

ou-se-cacher-en-cas-dattaque-nucleaire3

Ces quelques conseils pour trouver un abri viable en cas d’attaque nucléaire sont très précieux mais on se dit qu’il serait tout de même difficile d’y échapper. De plus, si cela venait à se produire, on n’imagine pas dans quel état se retrouverait la France, ni les problèmes sur notre santé à long terme suite aux retombées radioactives !  Croisons les doigts pour que les gouvernements n’utilisent jamais plus ce genre de bombes destructrices. Et vous, quel est votre avis sur l’armement nucléaire ?

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux