13 262 personnes connectées

Tueurs en série : découvrez ces éléments de fiction qui s’approchent ou s’éloignent de la réalité

Les personnages de serial killers, qu’on le veuille ou non, existeront toujours sur le grand et le petit écran, pour le plus grand plaisir des amateurs de thriller. Seulement voilà, les serial killers présentés dans les séries et les films ne sont pas toujours près de la réalité des véritables tueurs en série. SooGeek vous révèle les idées erronées que répandent les fictions sur le sujet. 

 

Si l’on se fie à la définition du FBI, un tueur en série est un meurtrier qui tue au moins deux personnes au cours d’évènements séparés, ce qui les distingue des tueurs de masse, qui font leurs victimes au cours d’une seule tuerie. Depuis des années, grâce au travail des enquêteurs et des profilers, on connait beaucoup mieux les tueurs en série, leur psychologie et leurs habitudes et on sait mieux les poursuivre… ce qui n’empêche pas les séries et les films sur le sujet de demeurer fantaisistes sur le sujet.

 

Les tueurs en série ne sont toujours poursuivis que par un seul enquêteur – Faux

Zodiac

Ce lieu commun est courant dans les films ou les séries parlant de tueurs en série comme les adaptations faites à l’écran du personnage d’Hannibal Lecter. Or, sauf en de rares cas, comme des affaires très anciennes dont on ne veut pas laisser le dossier être fermé comme le cas du Tueur du Zodiaque, ce n’est pas un seul enquêteur mais toute une équipe qui est sur l’affaire. Non seulement parce qu’un seul enquêteur ne peut pas mener toutes les investigations sur le terrain, mais également car certaines tâches qui sont nettement moins passionnantes à mettre en images, comme le maintient des liens avec les familles des victimes ou les témoins, sont assurées par des professionnels dédiés.

 

Les enquêteurs savent toujours directement qu’il y a un tueur en série derrière le meurtre – Faux

BuffaloBill

Dans Le Silence des Agneaux il parait évident presque dès le premier meurtre, que l’on est aux prises avec un tueur en série, en l’occurrence Buffalo Bill, en raison de la nature fétichiste des meurtres, etc. Or dans la réalité, cela peut prendre des années avant que les enquêteurs ne déterminent qu’un tueur en série est en train de sévir : ses victimes et ses modes opératoires peuvent parfois être trop différents pour que ses meurtres soient liés directement entre eux. De même un tueur en série peut trouver ses victimes parmi des populations déjà sujettes aux disparitions inquiétantes qui ne sont pas de nature à attirer l’attention de la police, comme les gays noirs dans le cas du tueur (réel) Jeffrey Dahmer ou les femmes et filles pauvres comme Lonnie Franklin.

 

Tous les serial killers sont des hommes blancs relativement jeunes et solitaires – Faux

normanbates

Si quelques-uns des tueurs en série les plus célèbres rentrent dans ce standard, comme Ted Bundy, Jeffrey Dahmer ou John Wayne Gacy, les tueurs en série sont, dans la réalité, beaucoup plus « variés » (même une portion non négligeable d’entre eux respecte ce « standard »). Cette idée a principalement été répandue par Hollywood là encore, car de Norman Bates dans Psychose à Patrick Bateman dans American Psycho, la plupart des tueurs en série présentés à l’écran sont des hommes blancs (sauf de rares cas, comme avec le film Monster porté par Charlize Theron dans le rôle de la tueuse en série (réelle) Aileen Wuornos). De même, contrairement à ce que laisse croire la fiction, les tueurs en série peuvent mener une vie tout à fait « normale » en dehors de leurs meurtres, comme avoir une famille…

 

Les tueurs en série sont bizarres et imprévisibles – Vrai

patrick-bateman

Pour autant qu’on le sache, les tueurs en série tuent pour assouvir leurs fantasmes, ce qui se fait rarement de manière « saine » (si tant est que le mot puisse s’appliquer ici…). Fétiche sur des « jeux de rôle » (sic), des situations ou des tortures bien particulières, goût pour le cannibalisme, la nécrophilie et autres pratiques révulsantes en passant par l’obsession pour certaines parties du corps… On trouve de tout chez les tueurs en série « réels », et en termes d’horreur la réalité dépasse même souvent la fiction. De même, un tueur en série peut très bien faire plusieurs victimes en un laps de temps très court et ensuite faire une « pause » de plusieurs années…

 

Les tueurs en série n’éprouvent pas de remords – Vrai

hopkins-hannibal-lecter

Hannibal Lecter a un palmarès de plusieurs dizaines de victimes, mais cela ne semble pourtant pas l’empêcher de dormir la nuit. Or c’est bien le cas pour les serial killers observés : ils n’éprouvent aucun remords pour ce qu’ils ont fait, quand bien même ils savent que leurs actes sont réprouvés par la société. Le Dr Robert Hare, spécialiste des serial killers, décrit leur personnalité ainsi : « Leurs traits de personnalité incluent généralement un bon sens de la communication, un goût pour charmer, une immense estime de soi, une tendance pathologique au mensonge et à la manipulation des autres. D’un point de vue émotionnel, ils n’éprouvent jamais de remords ou de culpabilité, n’ont une capacité à l’empathie que très limitée et échouent systématiquement à reconnaitre leur culpabilité. »

 

Les tueurs en série sont partout – Vrai

dexter-morgan-tv-series

Si l’on regarde une série comme Dexter, on a l’impression qu’il y a des tueurs en série partout. Or la terrifiante vérité et qu’il y a effectivement de nombreux tueurs en série autour de nous. La journaliste Diane Dimond disait, dans le magazine Hard Copy : « John Douglas, ancien chef de l’unité d’élite en charge des criminels en série au FBI a dit dans son livre Mind Hunter qu' »une estimation basse voudrait qu’il y ait en permanence entre 35 et 50 tueurs en série en activité aux Etats-Unis ». Mais il m’a également dit que la plupart du temps « les tueurs en série ont des « périodes de repos » après avoir tué deux ou trois victimes, et cette période peut durer plusieurs semaines ou plusieurs années. » Après quoi, si l’on suit les travaux d’autres personnes travaillant sur des serial killers, si l’on compte parmi les serial killers toute personne ayant tué au moins deux personnes, alors il y en aurait des centaines. » Glaçant…

 

Comme on pouvait s’en douter, la fiction n’hésite pas à prendre quelques libertés par rapport à la réalité, pour mieux nous toucher et nous impressionner. Si on est heureux que certains de ces faits restent cantonnés à l’écran, on ne peut s’empêcher de frémir à l’idée qu’il y ait plus d’assassins autour de nous qu’on ne le croit. Et vous, lequel de ces faits vous a le plus surpris ?

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux