12 136 personnes connectées

Voici comment les chiens aident les guépards à ne pas stresser dans les zoos

Si on a pour habitude de mettre en opposition nos amis, les canidés et les félins, il peut arriver que ceux-ci s’entendent finalement très bien. C’est le cas de ces duos plutôt improbables que l’on peut observer au sein du zoo de San Diego. Au final, le chien n’est pas seulement le meilleur ami de l’homme. 

Des chiens « thérapeutes »

Les chiens sont désormais bien connus pour leur loyauté et leur gentillesse, ce qui leur a valu le titre de « meilleur ami de l’homme ». Ils sont d’ailleurs utilisés dans le cadre de thérapies complémentaires, de médiation, pour soigner des troubles humains. Le chien dit « thérapeutique » sert alors de médiateur entre le patient et le thérapeute. Les chiens se sont également prouvés être d’une grande aide lors de situations traumatisantes ou stressantes, et nous tiennent compagnie lorsque nous pouvons être déprimés.

Mais les animaux eux aussi ont parfois besoin du support d’autres animaux. On a déjà recensé des animaux comme le cochon, la dinde ou les canards qui soutenaient leurs pairs. Maintenant, ce sont les chiens qui sont de plus en plus utilisés en tant qu’assistant pour préserver l’espèce en danger que représentent les guépards. Un effort de conservation qui se retrouve tant dans la nature qu’en captivité.

Les guépards, des animaux très timides

Ces félins à l’allure majestueuse, mais qui semblent plutôt dangereux à l’état sauvage, se révèlent être particulièrement timides et anxieux, à tel point qu’ils ont du mal à se socialiser réellement entre eux et sont trop stressés pour se reproduire. Alors que l’espèce commence à s’éteindre, il parait donc important de remédier à ce problème qui ne favorise pas la reproduction des guépards.

Ce trait de caractère se retrouve instinctivement et plus profondément chez les guépards en captivité. Cette timidité et cette anxiété ne sont donc pas un bon signe pour les programmes d’élevage, qui servent à conserver l’espèce. Depuis les années 80, le zoo de San Diego a donc assigné à chaque guépard un « chien-compagnon », afin d’aider l’espèce à procréer plus facilement.

Le chien « meilleur ami » du guépard

« Un chien dominant est très utile car les guépards sont assez timides instinctivement, et vous ne pouvez pas les reproduire. Lorsque vous les associez, le guépard observe le chien, et cherche des indices qui lui apprend à modéliser leur comportement. Il s’agit de leur faire ressentir cette énergie calme et heureuse du chien. » explique Janet Rose-Hinostroza, responsable de l’éducation animale au parc de San Diego, au site Thought.Co. L’objectif premier est d’abord rendre plus à l’aise le félin dans son environnement de captivité, afin qu’il se sente en sécurité avec les autres guépards, et donc se reproduire plus facilement.

Les chiens mobilisés par le zoo sont tous secourus de refuges. Cela leur permet à ses chiens, bien souvent abandonnés, d’avoir une nouvelle vie avec un nouvel objectif. « Mon préféré, c’est Hooper, car on l’a retrouvé dans un refuge qui tue les chiens, et il pesait seulement 18 kilos, mais maintenant, il vit avec Amara, un de nos guépards les plus robustes. Ce n’est pas une histoire de force ou de pouvoir. Il s’agit de développer une relation positive ou le guépard peut imiter le chien. » raconte Janet Rose-Hinostroza.

Une amitié hors du commun

Les paires se créent dès le plus jeune âge, lorsque les guépards ont entre 3 ou 4 mois. Ils se rencontrent dans un premier temps chacun des deux côtés du grillage, accompagnés d’un gardien qui garde le chien en laisse. Si l’entente est cordiale entre les deux et que le courant passe entre eux, ils peuvent se rencontrer réellement pour « jouer », mais tout d’abord en laisse, par mesure de sécurité. Une fois qu’ils ont établi un lien de confiance et peuvent jouer sans danger, ils déménagent dans un espace de vie partagé où ils passent leur temps ensemble (à part lors de repas où les chiens en profitent pour jouer entre eux).

« C’est une histoire d’amour entre une espèce qui en aide une autre pour survivre. » affirme Jack Grisham, vice président des collections animales du zoo de Saint-Louis et coordonnateur du plan de survie des espèces pour les guépards en Amérique du Nord. On reproche souvent aux zoos la détention d’animaux pour le plaisir humain. Pourtant, il est également possible d’y retrouver des programmes qui aident à la conservation animale, comme celui-ci.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux