12 128 personnes connectées

Ce drone en forme de chauve-souris prouve que la nature est la meilleure source d’inspiration

Dans la robotique, les chercheurs aiment s’inspirer des animaux et de la nature pour créer de nouvelles machines terrestres ou volantes. Grâce à leurs recherches et leurs inventivité, une équipe de chercheurs a ainsi mis au point un drone unique dont l’apparence et le vol imitent ceux de la chauve-souris. Un drone plus léger et plus maniable qui fascine scientifiques et amateurs de vol. 

Si les chauves-souris en effraient certains depuis qu’elles se mettent à boire du sang humain, elles en inspirent d’autres, notamment en matière d’innovations technologiques. Trois chercheurs en robotique de l’Université de Illinois d’Urbana-Champaign et de Caltech se sont en effet penchés sur ce petit animal et s’en sont inspirés pour créer Bat Bot, un drone unique à l’apparence de chauve-souris.

bat-bot-mouvements

Ce choix n’est d’ailleurs pas dû au hasard. Le vol de la chauve-souris est en effet l’un des plus prisés pour un drone : l’animal dispose de multiples articulations situées dans les ailes, ainsi qu’une membrane servant à orienter le vol. D’autres animaux volants avaient ainsi servi de modèles pour développer des robots comme des oiseaux ou des abeilles. Néanmoins, développer un drone chauve-souris est bien plus difficile et en cela, le Bat Bot représente une petite prouesse technique.

Ne possédant que 9 articulations au lieu des 40 présentes dans les ailes d’une chauve-souris, celles du Bat Bot, réalisées via une imprimante 3D, comptent pourtant parmi les plus souples développées à ce jour. De plus, son faible poids (à peine 93 grammes) et son envergure de 43 centimètres lui permettent de reproduire facilement le vol de l’animal dont il est inspiré et de ne voler qu’avec une seule aile. Son squelette est quant à lui composé de fibres de carbone et ses ailes sont faites d’une membrane de silicone épaisse de 56 microns.

Grâce à sa composition unique, le Bat Bot vole mieux que la plupart des drones, et se pilote plus facilement, il est aussi moins gourmand en énergie. Silencieux et maniable, les chercheurs voient dans ce drone animal un allié de taille dans certaines missions de surveillance, de recherche ou de sauvetage.

Toutefois avant d’y parvenir, le Bat Bot nécessite encore quelques améliorations. Pour l’heure, le drone peut voler sur une courte distance malgré une batterie assez limitée et une certaine fragilité due à sa composition. Le Bat Bot reste cependant très prometteur et ses créateurs espèrent le voir réaliser ses premières missions dans les mois à venir.

Ces articles vont vous plaire

Les amis sont ceux qui vous forcent au bonheur.

— Denys Gagnon