13 017 personnes connectées

La communauté scientifique est perplexe : la boite crânienne de cet homme est vide à 90 %

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, cet homme possède un cerveau à 90 % vide. Encore plus incroyable, cela n’entraine aucune répercussion sur sa santé et ses capacités cérébrales. On vous explique ce phénomène scientifique totalement invraisemblable.

Voici un homme qui n’aura jamais la grosse tête. En se rendant à l’hôpital pour une simple douleur à la jambe, les médecins ont découvert que la quasi-totalité du cerveau de cet homme était composée de liquide céphalo-rachidien. Marié et père de 2 enfants, ce Français de 44 ans mène pourtant une vie totalement normale et ne ressent aucune gêne au quotidien.

Le cerveau du patient
Le cerveau du patient

Après avoir analysé son dossier, les médecins ont fait le lien entre une maladie contractée pendant l’enfance et la constitution anormale de son cerveau. Souffrant d’hydrocéphalie dans sa jeunesse, une maladie caractérisée par l’accumulation de liquide céphalo-rachidien dans la boite crânienne, son cerveau se serait détruit progressivement au cours des 30 dernières années. Malgré une intervention médicale visant à évacuer le surplus de liquide à l’aide d’un petit tube lorsqu’il avait 14 ans, celui-ci s’est à nouveau accumulé dans la boite crânienne, au point d’en occuper 90 % de la surface.

Possédant un QI de 75, soit légèrement inférieur à la moyenne, cet employé dans l’administration ne présente aucune gêne physiologique. Malgré le fait que les zones de son cerveau qui contrôlent la sensibilité, la parole ou l’audition, aient été réduites, ce manque cérébral ne l’a jamais affecté dans son quotidien en aucune manière. « Aucune théorie n’explique comment une personne, dont 90 % des neurones sont absents, peut avoir un comportement tout à fait normal », explique le chercheur belge Axel Cleeremans.

Une radiographie d'un cerveau humain via Shutterstock
Une radiographie d’un cerveau humain via Shutterstock

Expert sur le sujet, celui-ci a également développé une théorie baptisée « thèse de la plasticité radicale » qui remet en question les théories fondamentales basées sur la pleine conscience. Selon lui, si le cerveau subit des dommages de manière progressive et non brutale, il resterait capable de s’adapter. La plasticité et l’adaptabilité du cerveau seraient donc bien plus importantes que celles évaluées jusqu’à aujourd’hui.

Le cerveau humain n’a donc pas fini de nous révéler tous ses secrets. Si ce genre de phénomène scientifique vous intéresse, n’hésitez pas à découvrir ces 7 cas de figure où votre cerveau vous joue des tours.

Ces articles vont vous plaire

Chaque année, les Français jettent 81.000 tonnes de déchets sauvages sur le bord de l’autoroute, les plages et la montagne.

— @DailyGeekShow