13 517 personnes connectées

Premier pas vers la création du sang artificiel grâce à ces cellules souches immortelles

Des chercheurs ont mis au point une lignée de cellules souches immortelles qui leur permettent de générer une quantité illimitée de globules rouges artificiels sur demande. Si ces cellules sanguines artificielles passent les essais cliniques, elles seront beaucoup plus efficaces pour l’usage médical que les produits de globules rouges actuels, qui doivent être générés à partir du sang des donneurs. Ce serait une aubaine pour les patients aux groupes sanguins rares, pour lesquels il est difficile de trouver des donneurs de sang assortis.

 

Un constat de taille

Ces cellules souches immortelles n’ont pas pour but de totalement remplacer le don de sang, car quand il s’agit de transfusions sanguines régulières, le don de sang fait encore l’affaire. Mais c’est une lutte constante que de multiplier les globules rouges du sang des donneurs. Au Royaume-Uni, 1,5 million d’unités de sang doivent être collectées chaque année pour répondre aux besoins des patients, en particulier ceux qui ont des types de sang rares issus de maladies telles que la drépanocytose.

 » Les globules rouges cultivés présentent des avantages par rapport au sang des donneurs, comme le risque réduit de transmission de maladies infectieuses.  » a déclaré la chercheuse principale Jan Frayne de l’Université de Bristol au Royaume-Uni.

Dans le passé, les chercheurs avaient essayé de transformer les cellules souches données directement en globules rouges matures, une technique qui fonctionne, mais incroyablement inefficace. Chaque cellule-souche ne produit qu’approximativement 50 000 globules rouges avant qu’elle ne meure. C’est à ce moment que les chercheurs ont besoin d’un nouveau don de sang. Si cela peut paraître beaucoup, un sac typique de sang utilisé dans les hôpitaux contient environ 1 milliard de globules rouges, à titre comparatif.

 

Globule rouge

 

Comment les chercheurs ont-ils accompli cette prouesse ?

Pour surmonter ce manque, l’équipe de l’Université de Bristol a adopté une approche différente – ils ont transformé les cellules souches adultes pour obtenir les premières cellules souches immortelles « érythroïdes », dont le nom se réfère au processus qui produit des globules rouges. Ils les ont baptisées cellules BEL-A, comme vous pouvez le voir dans leur étude.

Pour créer ces cellules  » immortelles « , des cellules souches adultes ont été piégées à un stade précoce de leur développement, ce qui signifie qu’elles peuvent se diviser et créer des globules rouges en continu sans mourir, évitant ainsi la nécessité de répéter les dons.

 » Les approches antérieures à la production de globules rouges se sont appuyées sur diverses sources de cellules souches qui ne peuvent actuellement produire que des quantités très limitées « , a déclaré Frayne.  » Mais nous avons démontré un moyen réaliste de fabriquer de manière durable des globules rouges pour une utilisation clinique », a-t-elle déclaré à la BBC.

Cellule souche

 

Des cellules HeLa aux cellules BEL-A

Si les cellules souches immortelles vous semblent familières, c’est parce qu’il existe une autre célèbre lignée de cellules souches immortelles, utilisées dans les laboratoires du monde entier, connue sous le nom de HeLa, antérieurement prélevées sur les tissus d’une femme appelée Henrietta Lacks sans qu’elle le sache, en 1951.

Cette femme afro-américaine a été sujette à une biopsie alors qu’elle avait une tumeur cancéreuse. Elle n’a jamais su que ses cellules avaient été transformées en l’immortelle lignée cellulaire HeLa, qui a joué un rôle crucial dans les étapes clés telles que le développement du vaccin contre la poliomyélite, ainsi que les principales études sur le cancer. Elle continue d’être utilisée aujourd’hui.

Les cellules souches immortelles BEL-A, d’autre part, ont été spécifiquement sélectionnées à partir de dons de sang volontaires dans le seul but de produire des globules sanguins humains adultes. Si ces globules rouges passent des essais cliniques, ils pourraient se révéler aussi utiles et révolutionnaires que les cellules HeLa.

Cellules HeLa

 

Fournir un traitement spécialisé pour les patients dans le besoin

 » Les scientifiques ont travaillé pendant des années sur la façon de fabriquer des globules rouges pour offrir une alternative au don de sang pour traiter les patients « , a déclaré Dave Anstee, directeur de l’unité de recherche sur le sang et les greffes de l’Institut National de la Recherche sur la Santé, a annoncé dans un communiqué de presse.

 » Les patients les plus susceptibles d’en bénéficier sont ceux qui ont des conditions de vie complexes et limitées comme la drépanocytose et la thalassémie, ce qui peut nécessiter des transfusions multiples de sang bien apparié. L’intention n’est pas de remplacer le don de sang mais de fournir un traitement spécialisé pour des groupes de patients spécifiques « , a-t-il ajouté.

Les globules rouges artificiels doivent encore subir des essais cliniques chez les humains avant que nous puissions dire avec certitude qu’ils sont sûrs et efficaces. Nous suivrons de près les progrès.

Chercheur dans la Banque d’azote liquide avec suspension de cellules souches via Depositphotos