13 833 personnes connectées

Prenez conscience de votre place dans l’univers en observant la plus grande carte jamais publiée

UNE-vue-ciel

L’univers est infini, qui aurait pu croire que nous pourrions un jour le représenter ? Les chercheurs de l’institut d’astronomie de l’université d’Hawaï viennent pourtant de dresser la plus grande carte digitale du cosmos en collaboration avec le STScl (Space Telescope Science Institute) de Baltimore, grâce aux données récupérées par le Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescop and Rapid Response System).

Situé sur le volcan de l’île de Maui à Hawaï, le Pan-STARRS est un télescope chargé de relever des données astronomiques en évaluant la position, le mouvement, la distance, mais aussi l’intensité lumineuse des étoiles et autres objets célestes. Sa mission principale réside dans l’étude d’objets géocroiseurs comme les astéroïdes ou les comètes. Le projet, dirigé par un consortium international géré par l’Université d’Hawaï, vise à observer ces phénomènes pour mieux les comprendre et mieux les anticiper.

Le Pan-STARRS a déjà fait ses preuves de nombreuses fois tant en découvrant des objets situés dans le Système solaire comme ceux de la ceinture de Kuiper, qu’en explorant des régions de l’espace perdues dans les étoiles. Il a également cartographié la poussière en trois dimensions dans notre galaxie et dévoilé l’existence de nouveaux courants d’étoiles et de supernovas.

En décembre 2016, le Pan-STARRS a fourni un relevé astronomique de deux petabytes de données, ce qui équivaut à plus de l’ensemble des photos postées sur Facebook ! Les astronomes et étudiants du monde entier peuvent désormais consulter ces données stockées dans le MAST (Mikulski Archive for Space Telescope).

Le télescope Pan-STARRS en pleine étude du ciel...
Le télescope Pan-STARRS en pleine étude du ciel…

La carte du cosmos établie par le Pan-STARRS est très précieuse pour les chercheurs qui peuvent appréhender l’espace dans un semblant de complétude : images, mesures, positions, tout est libre en accès ! Ken Chambers, directeur des observatoires Pan-STARRS espère que ces données permettront, à quiconque le voudra, d’exploiter la richesse de ces informations pour faire de nouvelles découvertes.

voie-lactee

ciel-etoile

telescope-again

galaxie

Après des années de bons et loyaux services passés à étudier le ciel, le Pan-STARRS a vocation à être remplacé en 2022 par le Large Synoptic Survey Telescope dont l’activité consistera à observer 37 milliards de galaxies et d’étoiles. Le projet est actuellement géré par la National Science Foundation. Une fois sa construction achevée, le Large Synoptic Survey Telescope produira quinze téraoctets de données toutes les nuits pendant dix longues années ; un nouveau périple à travers les étoiles s’annonce pour explorer les contrées les plus reculées de l’espace.

Ces articles vont vous plaire

icone dossier
— John Barrymore

Un homme n’est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rêves.