12 571 personnes connectées

Portrait de la Cape et l’Épée, ces deux personnages qui sont les visages de la diversité dans la famille Marvel

Apparus pour la première fois dans The Spectacular Spider-Man n°64, la Cape et l’Epée (Cloack and Dagger) sont deux jeunes adultes sans attaches sinon celles qu’ils entretiennent l’un pour l’autre. Visages de la diversité promue par Marvel, ils illustrent à la perfection le souhait qu’a la maison d’édition d’influencer ses lecteurs. Retour sur ces personnages cultes.

De leur vrais noms Tyrone « Ty » Johnson et Tandy Bowen, la Cape et l’Epée sont deux jeunes fugueurs devenus amis. Ty était un étudiant brillant qui, avec l’aide de son meilleur ami Billy, a su réussir sa scolarité malgré un trouble de la parole. Un soir, alors qu’ils se promènent tous les deux, ils sont témoins d’un cambriolage. De peur d’être accusé à tort, Billy tente de s’enfuir mais se fait rattraper par la police et alors que Ty tente d’expliquer la situation aux forces de l’ordre, Billy se fait abattre. Tyrone, qui n’avait pas réussi à s’exprimer à cause de son bégaiement, réalise qu’il n’a pas pu aider son ami et décide de fuir la scène du crime et la ville qui l’a vu grandir pour New York City. C’est dans la grande pomme que nos deux héros se sont rencontrés.

cloak-and-dagger-marvel

Tandy Bowen est elle aussi étudiante émérite mais à la différence de Tyrone, elle vient d’une famille aisée. Fatiguée du peu d’intérêt que lui porte sa mère, elle décide de fuir. Alors qu’elle se fait agresser dans la rue, Tyrone intervient pour la protéger. Il continuera de garder un oeil sur elle jusqu’au jour où un homme étrange propose à la jeune fille de l’héberger. Tous les deux se retrouvent alors vendus au Docteur Simon Marshall, un chimiste qui kidnappe des jeunes orphelins dans la rue et s’en sert comme cobayes pour tester différentes drogues et notamment sa dernière trouvaille, la D-Lite. Substitut bon marché à la cocaïne, cette drogue a eu, jusque-là, pour seul effet de tuer les sujets du chimiste.

Vous l’aurez compris, Tyrone et Tandy survivent aux injections et arrivent à échapper à la surveillance de leur bourreau non sans ressentir de lourds effets secondaires. Tyrone se retrouve plongé dans l’obscurité. Intangible, il peut se téléporter dans une autre dimension et il est soumis à une faim immense que seule la présence de Tandy peut calmer. Cette dernière, à l’inverse, est envahie par une lumière éclatante qu’elle peut transformer en épées. Bill Mantlo, le scénariste à l’origine de leur création, expliquera plus tard que la D-Lite n’était pas entièrement responsable de leur changement d’état mais qu’elle avait facilité le développement de leurs gènes mutants.

cape-epee-spiderman

Mantlo, aidé du dessinateur Ed Hannigan, n’a pas créé ces personnages dans le seul but d’agrandir la famille Marvel : il souhaitait avant tout se servir de son travail pour faire passer un message. Au fait de l’influence qu’ont les comics sur les jeunes générations, il désire les utiliser pour faire réfléchir ses lecteurs. Ici, c’est l’utilisation des drogues et les dangers qu’elles représentent qu’il dénonce. Il aborde aussi le sujet du racisme en choisissant de lier un Afro-Américain issu d’un milieu défavorisé à une jeune femme blanche venant des beaux quartiers. Deux thèmes qui peuvent nous sembler banals mais qui, à la première apparition des personnages en 1982, étaient de réels sujets d’actualité. En effet, durant les années 80, les grandes villes des État-Unis ont toutes subi une hausse du trafic de drogues et dans le même temps, le terme Afro-Américain a été popularisé dans le but de cesser une distinction basée sur la couleur.

Leur introduction dans « The Spectacular Spider-Man n°64″ plaît immédiatement au public et leurs apparitions suivantes rencontreront le même succès. Ils se joindront aux Nouveaux Mutants dans « Marvel Team-Up » et combattront toutes formes de crimes et de méchants allant du petit larcin aux super-vilains (Doom, Thanos…). Après avoir obtenu leur propre mini-série en 1983, il auront droit à une série continue en juillet 1985 puis un roman graphique en 1988. D’autres séries suivront et ces personnages, toujours utilisés aujourd’hui, apparaissent fréquemment dans d’autres comics ou dessins animés tels que Civil War ou Ultimate Spider-Man.

cape-epee-marvel-drogues

Ces personnages, peu connus du grand public, sont profondément ancrés dans la réalité et dans les problèmes de société. Ils sont la preuve que la Maison des Idées est entièrement consciente de l’influence qu’elle a sur ses lecteurs. Drogue et racisme sont quelques-uns des thèmes abordés dans leurs comics, ce qui vous donne une raison de plus d’en consulter les pages. Quel est, selon vous, le personnage de Marvel qui a le plus d’influence sur ses lecteurs ?

Ces articles vont vous plaire

En 2015, 53% de la population française déclarait jouer aux jeux vidéo

— S.E.L.L.