12 410 personnes connectées

À cause du Brexit, les prix de l’App Store britannique vont augmenter de 25 %

Personne ne voulait croire à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, pourtant les conséquences du Brexit commencent déjà à se faire sentir. Crise boursière, appauvrissement, revalorisation des barrières douanières, retrait des investisseurs, hausse du chômage ; c’est au tour de l’App Store britannique d’augmenter ses prix… de 25 % !

Les prix de l’App Store devraient augmenter en parallèle de la chute de la valeur de la livre sterling. 9to5Mac ainsi que The Verge ont rapporté que d’après une lettre envoyée aux développeurs d’Apple, le coût des applications les moins chères passera de de 0,79 £ à 0,99 £. Le niveau général des futurs prix passera quant à lui de 1,49 £ à 1,99 £ amenant des jeux comme Super Mario Run à augmenter de 2 £. Ces nouveaux prix feront leur entrée dans l’App Store d’ici 7 jours. L’augmentation des prix de l’App Store britannique semble consécutive à la dépréciation de la livre sterling, liée au Brexit.

App-Store

Theresa May a annoncé que le Royaume-Uni sortirait aussi du marché unique afin de retrouver le contrôle de l’immigration. La livre sterling est tombée brièvement en dessous des 1,20 $ ce qui n’était pas arrivé depuis le krash d’Octobre 1987. Ces changements ainsi que le taux de la TVA britannique à 20%, impliquent que désormais les prix en livres sterling de l’App Store ont atteint la parité avec le dollar. Si l’augmentation des prix est supérieure à la chute de la valeur de la livre, les analystes expliquent que le marché n’a pas encore pleinement mesuré les conséquences du Brexit : la livre devrait chuter à nouveau à l’avenir.

Les prix de l’App Store ne sont pas les seuls à être en hausse, les Mac ont également augmenté au Royaume-Uni en octobre dernier. De même, d’autres géants américains de la technologie comme Tesla ou HTC sont également soumis à ces fluctuations des prix.

Theresa May, premier ministre du Royaume-Uni
Theresa May, premier ministre du Royaume-Uni

En sortant de l’Union Européenne, le Royaume-Uni a fait un choix risqué en contradiction avec l’ouverture des marchés qui caractérise notre époque. Cependant, bien que des mesures protectionnistes soient attendues, nul doute que le Royaume-Uni cherchera à ouvrir d’autres marchés auprès de nouveaux partenaires comme les États-Unis ou la Chine; le pays voulait en réalité s’affranchir des réglementations européennes. Espérons que le Royaume-Uni continue à prospérer malgré ces externalités négatives à court terme, d’autant que l’effet Brexit pourrait bien amener d’autres pays à vouloir quitter l’Union Européenne.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux