12 665 personnes connectées

Sur le point d’être démoli, ce théâtre centenaire a été transformé en une somptueuse librairie

De nombreuses villes à travers le monde regorgent de lieux insolites à la beauté et l’histoire assourdissante. Cet ancien théâtre transformé en librairie, en plein coeur de Buenos Aires, en fait partie.

Le patrimoine sud-américain n’en est pas à son coup d’essai, et prouve une fois encore l’étendue de ses merveilles. Au coeur de la capitale, sur l’avenue Santa Fe, l’artère principale de la ville, se dresse une librairie hors du commun, appelée El Ateneo Grand Splendid, établie dans un théâtre vieux de 100 ans.

La façade de cette surprenante librairie (by Philip Choi)
La façade de cette surprenante librairie by Philip Choi

Construit en mai 1919, le théâtre « Teatro Gran Splendid » est l’oeuvre des architectes Peró et Torres Armengol pour le magnat du disque de l’époque, Max Glücksmann. Avec une capacité d’un millier de spectateurs, le théâtre accueillait alors de nombreux spectacles, principalement des revues de tango. Le théâtre accueillit également la station radiophonique de son propriétaire, « Nacional Odeón » dès 1924.

A la fin des années 20, la salle fut convertie en cinéma et diffusa les premiers films parlants en Argentine. En 2000, le groupe Ilhsa, leader sur le marché du livre en Argentine, s’intéressa à l’ancien théâtre, menacé de démolition en vue de ses mauvais rendements. L’architecte Fernando Manzone est alors chargé de convertir le cinéma en une gigantesque librairie.

L'intérieur de l'ancien théâtre by Eduardo M.
L’intérieur de l’ancien théâtre by Eduardo M.

El Ateneo Grand Splendid devient alors l’emblème du groupe, comptant un million de visiteurs par an. La librairie compte plus de 120 000 ouvrages différents ; rien qu’en 2007, 700 000 exemplaires ont été vendus. La boutique a été classée deuxième meilleure librairie au monde en 2008.

L’architecte Manzone a conservé de nombreux détails de l’ancien cinéma comme la scène, les balcons et les rideaux de velours rouge. Egalement conservées, les fresques du plafond avaient été peintes par l’artiste italien Nazareno Orlandi. Les cariatides, colonnes en forme de femme, avaient été sculptées par Troiano Troiani, qui avait également travaillé sur la corniche du Palais de la Législature de Buenos Aires.

by Sinfómanoc
by Sinfómanoc
by Herbert Brant
by Herbert Brant
by Christian Jiménez
by Christian Jiménez
by Jorge Láscar
by Jorge Láscar
By Gerzo Gallardo
By Gerzo Gallardo
by Irina Callegher
by Irina Callegher
by Eduardo M.
by Eduardo M.
by Gerzo Gallardo
by Gerzo Gallardo

Etendu sur 2000 m2, le magasin est un vraie caverne d’Ali Baba pour les férus de lecture. Vous êtes séduit par ce lieu magnifique ? Venez découvrir 15 bibliothèques absolument magnifiques qui vous donneront envie de lire tous leurs ouvrages.

Ces articles vont vous plaire

— @Alex_Dobro

Trois astéroïdes ont été baptisés du nom des présentateurs de “C’est pas sorcier”