12 295 personnes connectées

Des chercheurs rendent la lecture plus accessible aux malvoyants grâce à une bague qui lit les textes à haute voix

Une équipe de chercheurs a élaboré une bague-scanner capable de lire n’importe quel texte à haute voix et permettre aux non-voyants d’apprécier un ouvrage sans avoir besoin du braille. DGS vous explique comment fonctionne cet objet très utile ! 

Bien qu’il existe quelques dispositifs pour rendre des ressources littéraires accessibles aux non-voyants, tels que la Bibliothèque Numérique Francophone qui propose des livres numériques de toutes sortes entièrement adaptés aux dispositifs de lecture pour les malvoyants, le fossé avec l’offre littéraire est malheureusement encore trop grand.

C’est pourquoi une équipe du Média Lab, au Massachusetts Institute of Technology, a mis au point une bague connectée qui scanne du texte au fur et à mesure que le doigt (sur lequel elle est placée) se déplace sur la page. Elle lit à haute voix ce qui y est écrit et ce en temps réel. Son nom : FingerReader.

bague-1

Cette bague révolutionnaire fait suite à celle déjà sortie en 2012 : la EyeRing. Cette dernière était équipée d’une microcaméra qui permettait de photographier des objets et d’en obtenir une description complète audio. Les chercheurs se sont donc davantage posé sur le produit et l’ont considérablement amélioré.

Ils expliquent que cette toute nouvelle bague est elle aussi équipée d’une microcaméra, en haute définition, d’un système de retour d’effet. En haut et en bas de la bague sont placés deux moteurs de vibration, ils permettent à l’utilisateur de le guider tout au long de sa lecture pour l’avertir lorsqu’il arrive au bout d’une ligne de texte. Ce système permet également de signaler lorsque le doigt dévie un peu trop de sa trajectoire et l’aide à se repositionner pour reprendre la lecture. Pour transmettre toute ces informations, les vibrations sont plus ou moins intenses et longues. De même, à mesure que le doigt avance, le texte est lu par une voix synthétique.

bague-2

FingerReader fonctionne aussi bien sur un support papier que sur un écran numérique. Cependant, la taille des caractères ne doit malheureusement pas être inférieure à 12 points. Quelques points restent encore à être améliorés tels que la voix, qui manque de convivialité. La bague sera également testée sur un panel plus large pour valider définitivement tous les aspects techniques de celle-ci.

L’équipe de chercheurs pense également que FingerReader pourrait servir aux personnes valides comme pour traduire du texte par exemple. Ils travaillent aussi à miniaturiser la bague, afin que celle-ci soit plus esthétique, à l’intégration d’une alimentation autonome ainsi que d’une connexion sans fil à un ordinateur et un smartphone.

bague-3

Nous avons été impressionnés par l’utilité de cet objet connecté. Nous félicitons les chercheurs et nous espérons qu’ils continueront de l’améliorer pour que ce dernier puisse rendre plus agréable le quotidien des personnes non-voyantes. Pensez-vous que les objets connectés parviendront un jour à améliorer le quotidien des personnes handicapées ?

Ces articles vont vous plaire

— Kofi Annan

Sans progrès, il n’y a pas de paix possible. Sans paix, il n’y a pas de progrès possible