13 114 personnes connectées

7 espèces pour lesquelles le sexe est une épreuve aussi violente que douloureuse

Habituellement source de plaisir et d’intimité entre deux amants, les rapports sexuels sont parfois violents, voire mortels, surtout dans le règne animal. SooCurious vous présente certains cas où il vaudrait sans doute mieux s’abstenir.

 

Les antechinus

Antechinus

Chez l’antechinus, un genre de marsupial endémique de l’Océanie, les rapports sexuels sont littéralement mortels. Car ces animaux peuvent copuler pendant 14 heures d’affilée, un rythme si intense qu’il pousse leur système immunitaire à son extrême limite. L’antechinus commence alors à perdre la vue, puis ses poils, et développe des ulcères, des hémorragies internes ou encore des infections, et finit inexorablement par mourir.

 

Les chats

Chat

Chez les chats, l’accouplement n’a rien d’une partie de plaisir, surtout pour les femelles. Car pour celles-ci, l’acte consiste en une épreuve extrêmement douloureuse, causée par la morphologie même du mâle. Lors du coït, il introduit son pénis dans le vagin de la femelle, et ses spicules – de petits crochets – se rigidifient alors.

 

Les mantes religieuses

manteeeee

Pour la mante religieuse, l’acte sexuel n’a rien d’un rapport romantique et se termine souvent de manière dramatique. Du moins pour le mâle. Le plus souvent, alors même que les deux amants en sont encore à copuler, la femelle dévore la tête de son partenaire – plus chétif – pour se nourrir.

 

Les canards

Canard

Doté d’un organe reproducteur pour le moins étrange – 20 cm de longueur et surtout, formé en spirale -, le canard mâle pratique la copulation forcée. C’est d’ailleurs la raison de la forme atypique de son sexe, celui de la femelle étant formé pour résister aux prétendants indésirables.

 

Les poissons-pêcheurs

Lophiiforme

Les Lophiiformes, ou poissons-pêcheurs, sont étonnants à plus d’un titre. D’abord par leur technique de chasse, qui consiste à agiter un leurre naturel devant leur gueule afin d’y attirer leurs proies. Mais plus que cela, c’est leur moyen de reproduction qui interpelle particulièrement : chez ces poissons, la reproduction consiste en un accouplement définitif. Car à la naissance, les mâles ne sont conçus que pour une chose : trouver une femelle, et s’y agripper. Littéralement. Une fois leur partenaire trouvée grâce à des organes olfactifs très développés, les spécimens masculins mordent le cou de leur dulcinée. Ils libèrent alors une enzyme qui digère une grande partie de leur propre corps et fusionne ce qu’il en reste avec la femelle. Celle-ci est alors dotée des organes sexuels du mâle et peut fournir le sperme et les ovules nécessaires à la reproduction.

 

Les punaises de lits

Cimex-lectularius

Les Cimex lectularius, ou punaises de lits, ont une curieuse et brutale façon de s’accoupler. Ainsi, plutôt que d’utiliser les voies génitales de la femelle, qui lui servent à pondre, le mâle préfère percer l’abdomen de sa partenaire pour y injecter son sperme.

 

Les humains

Sexe-shutterstock Un couple en plein coït via Shutterstock

Chez les humains aussi, les rapports sexuels peuvent être éprouvants. On parle alors de dyspareunie, soit une douleur qui survient durant l’acte sexuel et peut être le symptôme d’une maladie souvent bénigne. Pouvant survenir à tout âge, le phénomène touche les hommes comme les femmes.

Ces exemples de rapports sexuels violents sont incroyables et illustrent toutes les différences qui existent entre les différentes espèces animales. Si les attitudes étranges au sein de la faune vous intéressent, découvrez également 7 animaux adorables dont le comportement meurtrier va vous traumatiser.

Ces articles vont vous plaire

Sur Twitter, 55% des utilisateurs sont des hommes.

— Twitter