13 495 personnes connectées

Suivez l’histoire insolite d’Henry, cet homme décalé à 91 cm de tous ses faits et gestes à cause d’une météorite

Certaines fois, la vie nous joue de drôles de tours. C’est ce que Jérémy Clapin, réalisateur de films d’animation, met en exergue dans « Skhizein ». Il y dépeint la vie bouleversée d’un homme qui se retrouve à quelques centimètres de lui-même. SooCurious vous présente cette oeuvre émouvante et originale.

Jérémy Clapin est un réalisateur français de films d’animation. Ancien professeur de tennis, il a étudié à l’Ecole supérieure des arts décoratifs (ENSAD). En 2008, il a dirigé une de ses plus belles oeuvres, Skhizein, dont la sortie a été acclamée par la critique.

Skhizein-16

En 2009, Skhizein a gagné le prix du meilleur court métrage animé au Festival du film de Chicago, mais a aussi été nominé pour plusieurs autres prix. Véritable allégorie à l’incompréhension, par les autres, des troubles psychologiques qui touchent certaines personnes, l’animation raconte la vie d’un homme, Henry.

Le héros de Skhizein mène une vie ordinaire en solitaire lorsqu’il est frappé par une météorite de 150 tonnes. Loin de le blesser physiquement, le rocher cosmique a pourtant profondément marqué Henry, le déplaçant littéralement à 91 cm de son corps. Victime de ce changement, le héros mélancolique va tenter d’apprendre à vivre avec son nouvel état.

Skhizein-15 Skhizein-14 Skhizein-13 Skhizein-12 Skhizein-11 Skhizein-10 Skhizein-9 Skhizein-8 Skhizein-7 Skhizein-6 Skhizein-5 Skhizein-4 Skhizein-3 Skhizein-2 Skhizein-1

Cette animation est réellement émouvante. En plus de faire parfaitement ressentir toute la tristesse perçue par le héros, elle amène une vraie réflexion sur les troubles psychologiques qui peuvent frapper chacun d’entre nous. Si ce type d’oeuvre vous intéresse, plongez au coeur de l’introspection d’un personnage énigmatique à travers cette animation colorée.

Ces articles vont vous plaire

Si nous osons dire la vérité sur le passé, peut-être oserons-nous dire la vérité sur le présent.

— Ken Loach