13 586 personnes connectées

Entre soupes miso et nori, voici pourquoi la cuisine japonaise est considérée comme la plus saine du monde

Partout où l’on parle de la cuisine japonaise, on entend aussi qu’elle est considérée comme l’alimentation la plus saine du monde. S’il ne s’agit pas de recettes magiques, il est en fait surtout question d’un choix plus sain de produits de base et d’une diversification des aliments quotidiens. Même si la cuisine occidentale influence petit à petit la société japonaise, cette dernière conserve l’un des taux d’obésité les plus bas et la plus longue espérance de vie au monde.

 

À la base, tout est une question de calibrage et de produits. Si le Japon est réputé pour ses poissons et son énorme choix de légumes à cuisiner, sa cuisine est aussi présentée d’une manière qui fait que l’on mangera à sa faim sans trop consommer. C’est en effet un des problèmes alimentaires de notre époque : si l’on nous sert énormément, il y a de fortes chances pour qu’on le mange, que ce soit prévu ou non. Cela pousse à manger plus que nécessaire et à terme à garder des nutriments dont nous n’avions pas besoin pour la journée. Au Japon, le système de portions règle presque entièrement le problème.

 

ls-alimjap-dinner

 

Les plats sont traditionnellement servis dans plusieurs plats avec des petites portions. Le secret en revanche est de manger énormément de choses différentes. On entend souvent au Japon qu’il faut manger au moins 50 aliments différents tous les jours. Beaucoup de plats en ont déjà plus de 15 ou 30 (c’est par exemple le cas des bento pour le midi). Si en Europe nous avons la mauvaise habitude de manger trop de pâtes, les Japonais comme le reste de l’Asie privilégient le riz qui constitue la base de leur alimentation et qui est riche en glucides complexes qui entraînent la satiété plus rapidement.

Même si le petit déjeuner français est l’un des meilleurs au monde au niveau du goût, il est aussi l’un des pires en ce qui concerne les apports nutritifs et ses effets sur la santé. Le petit déjeuner est censé être le repas le plus gros de la journée selon les médecins, mais lorsque l’on s’enfile du beurre, du pain blanc, du café et des croissants, il n’est pas difficile de cibler le problème lorsque le poids s’accumule. À l’inverse, le petit déjeuner traditionnel japonais se compose de riz, une soupe miso, du nori, du poisson et parfois une salade de légumes. Ça ne vous donne peut-être pas envie, mais c’est parce que vous ne l’avez peut-être jamais goûté tel qu’il est cuisiné là-bas.

 

maxresdefault

 

Justement, la culture de la cuisine est au Japon complètement différente. Les produits tels que la sauce soja, le miso, le tofu, les graines de sésame et les algues sont des pierres angulaires de la cuisine japonaise. Les protéines végétales sont privilégiées étant donné que le Japon n’est pas un grand éleveur de viande. Même lorsqu’ils en achètent, il s’agira de viande maigre comme le poulet et le porc. Vivant dans un archipel, les Japonais tendent à aller vers les poissons pour trouver leurs protéines et leurs matières grasses.

Même si l’on trouve des aliments frits et une touche de sucre dans la plupart de leurs sauces, il faut comprendre que la base de leurs préparations part du soja quand en France nous utilisons du vin blanc et du beurre pour nos sauces. Et quand nous mangeons un jambon beurre, eux mangent des onigiris, c’est-à-dire des boulettes de riz accompagnées d’algue et d’une troisième garniture trempée dans de la sauce soja. Inutile de faire un dessin pour comprendre quelle alternative sera plus saine. D’autant plus qu’ils sont achetés à tout moment de la journée à des prix réduits, encourageant toutes les tranches d’âge à consommer ça en tant que snack plutôt que des gâteaux.

 

ls-alimjap-wagashi

 

En parlant de gâteaux, c’est aussi là un point capital. Si les Japonais sont les maîtres du poisson et de la nourriture saine, il faut bien avouer que la culture du dessert et des gâteaux est pratiquement inexistante. Terrible pourrait-on penser ! Mais c’est une bénédiction déguisée puisque c’est de là que viennent la plupart des problèmes et troubles alimentaires humains. S’ils font des desserts, ça sera par exemple des wagashi faits avec de l’anko, une pâte de haricot azuki. On est loin du Nutella. Au final, la seule chose qui manque à l’alimentation japonaise sont les fruits, qui sont peu nombreux au Japon et reviennent parfois très chers une fois au supermarché.

 

ls-alimjap-udon

 

Ce qui fait de l’alimentation japonaise la plus saine du monde, c’est donc avant tout l’éventail de produits de base comme le riz, le poisson, l’algue et le miso. Étant donné que la fondation de l’alimentation est saine et que les desserts gras sont pratiquement inexistants, les Japonais grandissent avec une nutrition diversifiée et donc un métabolisme sain. Cela étant dit, l’influence de la nourriture occidentale et particulièrement américaine commence à sérieusement inquiéter les médecins japonais. Quel aspect de la cuisine japonaise vous donne le plus envie ?

Ces articles vont vous plaire

En 2015, 45,9% des parlementaires européens étaient des femmes.

— @InseeFr